L’architecte du pont Jean-Jacques Bosc désigné

Elsa Provenzano

— 

Le futur pont Jean-Jacques Bosc, vu de la rive gauche. 
 
Le futur pont Jean-Jacques Bosc, vu de la rive gauche.   — OMA Clément Blanchet-Rem Koolhaas

La nouvelle a d’abord été faite sur les réseaux sociaux par Alain Juppé, à l’issue de la réunion à la communauté urbaine vendredi matin, devançant l’annonce officielle. Le président de la CUB n’a pas tardé à contre-attaqué, en qualifiant Alain Juppé de «twitter précoce».

Ce projet de pont Jean-Jacques Bosc a été une des premières décisions de Vincent Feltesse, en tant que président de la CUB. Les conseillers communautaires ont choisi à l’unanimité le projet porté par l’agence OMA Clément Blanchet-Rem Koolhaas, écartant de fait le projet Feichtinger, qui restait seul en lice. «C’est un geste architectural extraordinaire. Ce n’est pas juste un pont mais un aménagement au cœur du projet Euratlantique, qui va faire le lien entre Bègles et Floirac»,  a commenté Vincent Feltesse. Il n’a pas hésité à parler «d’évidence de beauté et de douceur», pour expliquer les raisons de ce choix.

«Un pont urbain et pas autoroutier»

Le futur pont, le 6e de l’agglomération, comportera une voie dédiée aux transports en commun en site propre, une voie par sens affectée aux voitures et poids lourds et un espace dévolu aux modes de déplacements collectifs ou alternatifs. « Des trémies installées rive gauche et rive droite, permettront une circulation routière souterraine, sur cet ouvrage, large de 44 mètres. Ce sera un pont urbain et pas un pont autoroutier, ce qui serait paradoxal avec nos autres projets pour l’agglomération», a souligné le président de la CUB.

«Dans ce cas, le pont n'est pas l'«événement» dans la ville, mais une plate-forme qui peut accueillir tous les événements de la ville. Il est immédiatement intégré dans le paysage urbain, une nouvelle caractéristique classique de l'élégance qu’incarne la ville de Bordeaux», a ajouté Clément Blanchet.

Le début des travaux est programmé pour 2015/2016, pour une mise en service en 2018. Le coût total du projet est de 120 millions d’euros. Le budget du pont Chaban Delmas était de 156,8 millions d’euros. «Cela fera deux ponts en une décennie. Je suis l’homme des ponts», a lancé Vincent Feltesse.

Le nom « Jean-Jacques Bosc » est provisoire. Alain Juppé souhaite qu’on lui donne le nom de Nelson Mandela. D’autres, comme Vincent Maurin , élu du front de gauche, souhaite que ce nom soit attribué au futur Grand Stade.