Les vins bio font valoir leur valeur gustative en rayons

VITICULTURE Une charte «Bio vin solidaire» a été lancée en Aquitaine...

Elsa Provenzano

— 

Une charte Bio vin solidaire a été lancée en Aquitaine
Une charte Bio vin solidaire a été lancée en Aquitaine — S.ORTOLA/20MINUTES

«Ce n’est pas parce que c’est bio que c’est bon. Or, avec la charte «Bio vin solidaire», les vins sont dégustés à l’aveugle et notés, résultat ils sont tous tops!», relève Gilles Bergon, exploitant en bio au Château les Aubrets (Côtes de Bourg). Un cinquième de sa production, soit 24.000 bouteilles, vient d’être estampillé «Bio vin solidaire».

Cette signature lancée officiellement, mercredi, a été apposée sur 1.000 hectolitres dans les appellations Côtes de Bourg, Saint Emilion, Bordeaux et Côtes de Duras. L’idée est d’assurer une rémunération juste au producteur, tout en améliorant l’image que les consommateurs ont des vins bio.

Des dégustations décisives

«Il y a quelques années, il y a eu un engouement sur le bio et cela a été un peu n’importe quoi. Le consommateur a souvent été floué», estime Patrice Bodin, responsable national de la grande distribution des vignerons de Tutiac.

L'Aquitaine est la troisième région de France qui compte le plus de surfaces bio, alors que la France est le deuxième pays de l'union européenne.

Dans ce contexte, il souligne l’importance des dégustations à l’aveugle comme critère d’entrée dans la charte. Une fois ce cap passé, les vins acquièrent une légitimité gustative. L’objectif de la charte est de mieux guider le consommateur et de le faire aussi changer de regard sur le bio. «Si on goûte une bouteille de Bordeaux et qu’il n’est pas bon, on change de Château. Mais si le vin bio n’est pas bon on arrête d’en acheter», analyse Gwenaëlle Le Guillou, directrice du syndicat des vignerons bio d’Aquitaine. Les viticulteurs engagés attendent impatiemment «l’effet charte.»