Les magasins ne ferment pas le 24

©2006 20 minutes

— 

A Bordeaux, les commerçants sont unanimes : le dimanche n'est pas fait pour travailler. Mais, quand il s'agit de Noël, ça se discute... Comme chaque année les associations de commerçants se sont mis d'accord pour ouvrir les deux dimanches avant Noël, même si l'un d'eux tombe le 24. « En décembre, il faut être à la disposition des clients, concède Micheline Favreau-Cerrato, la présidente de l'association Bordeaux centre-ville, le chiffre d'affaires du mois équivaut à trois mois dans l'année. » Le 24, les magasins devraient, malgré tout, fermer entre 17 h et 18 h.

Les commerçants ayant droit à une dérogation pour cinq dimanches, la plupart d'entre eux ouvriront dès le 10 décembre. Pascal Michard, patron d'un magasin de chaussures n'adhère pas au concept et n'ouvrira que le 17 : « Tous les ans, j'ouvre les deux dimanches avant Noël, mais là, c'est fête et pour moi, c'est plus important que le fric. Sans ça, le côté humain n'existe plus. » La CGT-commerce approuve. Elle voit d'un mauvais oeil cette habitude : « C'est dangereux de généraliser le travail dominical, notamment pour les autres professions comme les crèches ou les transports qui vont devoir s'adapter », regrette Brigitte Couderc, la responsable départementale. D'ailleurs, quand les mairies lui font parvenir des demandes de dérogation, elle refuse, même si l'avis syndical n'est que consultatif : « Un bazar d'Eysines a même demandé d'ouvrir cinq dimanches d'affilée », s'insurge-t-elle.

Orianne Dupont

La rue Sainte-Catherine fêtera Noël dès dimanche après-midi. De 14 h à 18 h 30, la compagnie d'art de rue de l'Alambic défilera du cours de l'Intendance au cours d'Alsace-Lorraine (Père Noël sur échasses, cracheur de feu...).