A Bordeaux, Orange fait prendre l'air à sa fibre

TECHNOLOGIES Orange Aquitaine vient de signer un partenariat pour pouvoir utiliser les lignes électriques aériennes afin de faire passer le réseau de fibre optique...

Mickaël Bosredon
— 
Gérard Krebs (au premier plan) et Xavier Pintat, avec des câbles de fibre optique, à la boutique Orange de Bordeaux
Gérard Krebs (au premier plan) et Xavier Pintat, avec des câbles de fibre optique, à la boutique Orange de Bordeaux — M.B.

C’est une convention unique en France qui a été signée ce jeudi matin à Bordeaux. Orange Aquitaine, et le syndicat départemental d’énergie électrique de la Gironde (Sdeeg) ont conclu un partenariat permettant à Orange d’utiliser le réseau public de distribution d’électricité aérien, afin de déployer son réseau de fibre optique, ou FTTH (fiber to the home). Cette convention va permettre d’amener la fibre chez les clients dans des zones difficiles à déployer. «Là où c’est possible, nous passons en souterrain, mais ça ne l’est pas partout», explique Gérard Krebs, délégué régional d’Orange Aquitaine.

Déployé depuis 2008 sur Bordeaux, ce réseau de fibre optique va maintenant être installé prioritairement dans une quinzaine de quartiers à Blanquefort, Bruges, Cenon, Floirac, Le Bouscat, Le Haillan, St-Aubin de Médoc, Talence et Villenave d’Ornon. Dans certaines communes les travaux ont déjà démarré. «Ces quartiers ont été choisis en priorité en raison des difficultés de connexion qu’ils rencontrent» précise Gérard Krebs. «Notre ambition est d’équiper tous les logements de la communauté urbaine d’ici à 2020.»

Le haut débit permettra de nouveaux usages et de nouveaux services

On parle de haut débit à partir de connexions à 512 kilobits/sec, pour Internet, et 2 mégabits/sec, pour la télévision «Cette connexion à 2Mbits/sec permet une meilleure qualité de l’image, ou encore de pouvoir regarder, sans difficulté, plusieurs chaînes sur différents postes en même temps. Elle permettra aussi de nouveaux services, comme le maintien à domicile pour les personnes âgées, et de nouveaux usages, comme le travail à domicile» énumère Gérard Krebs. La fibre possède également l’avantage de ne pas connaître de déperdition de puissance en bout de réseau, contrairement aux câbles en cuivre. Le client devra débourser «entre 200 et 300 euros» afin d’obtenir une connexion en fibre optique à son domicile.  

Xavier Pintat, président du Sdeeg, sénateur-maire de Soulac-sur-Mer, a souligné que «d'autres conventions de ce type seraient certainement signées» lors du congrès des maires de France, du 19 au 21 novembre à Paris.