Une révolution urbanistique en marche aux Bassins à Flot

URBANISME A Bordeaux, un projet gigantesque de requalification urbaine est en route dans le quartier des Bassins à Flot...

Mickaël Bosredon

— 

Le site des Bassins à Flot, à Bordeaux
Le site des Bassins à Flot, à Bordeaux — S.ORTOLA/20MINUTES

Les grues ont pris possession du quartier, et les premiers immeubles sont déjà en train de sortir de terre. Aux Bassins à flot, le paysage est en train de changer. Ici, la mairie de Bordeaux et la communauté urbaine préparent une révolution urbanistique, confiée à l’architecte Nicolas Michelin, chargé de l’aménagement. Quelque 5000 logements, pour  plus de 10000 habitants, vont pousser comme des champignons ces quinze prochaines années, dans cette zone qui accueille pour l’instant un port de plaisance bringuebalant, et quelques sociétés spécialisées dans le nautisme.

Pour dynamiser le secteur, un multiplexe de dix à douze salles, porté par UGC et le promoteur Somifa, est prévu à la place de l’actuel Hangar 27 (Bassin n°2), en 2017. Quelque 8.500 m2 de commerces et restaurants l’agrémenteront. Il est également prévu un hôtel avec balnéo, des bureaux, et des services (écoles, crèches, équipements sportifs…) Les premiers bâtiments seront livrés dès l’été 2014.

70% d’énergies renouvelables

Pour les alimenter, un mix énergétique comprenant principalement de la récupération d’énergie des usines voisines, et des chaufferies bois, proposera 70% d’énergies renouvelables. Une société, Energie des bassins, a spécialement été créée pour mener à bien l’opération. Elle est détenue majoritairement par une filiale de Régaz, et Idex, société qui porte des solutions énergétiques et en assure la maintenance. «Les bâtiments de la chaufferie biomasse sont sortis de terre, rue de New York, explique Roger Goutaudier, directeur régional Centre Sud-Ouest chez Idex, Elle produira le chauffage et l'eau chaude pour toute la partie nord du quartier. Un autre bâtiment, qui va servir à récupérer la chaleur résiduelle des effluents de la station d’épuration Louis Fargue, est en construction et nous préparons les sous-stations. La chaleur sera distribuée par un réseau de canalisations et de pompes à chaleur situées au pied des bâtiments. »

Pour la partie plaisance et industrielle, c’est pour l’instant un peu plus floue. Le Grand Port Maritime de Bordeaux est chargé d’améliorer et d’agrandir l’actuel port de plaisance aux Bassins n°2, pour lui permettre d’accueillir jusqu’à 500 bateaux. Des discussions sont en cours entre les élus pour l’aménagement d’un pôle de rénovation de yachts de luxe aux bassins n°1. « Le coût des aménagements indispensables à l’accueil des premiers navires tourne autour de 12 millions d’euros, a annoncé cette semaine le président de la Communauté urbaine de Bordeaux, Vincent Feltesse. » Il comporte l’accueil des bateaux, la rénovation des bassins n°1.