«On peut facilement déterminer le profil de l'utilisateur derrière l'écran»

INTERVIEW PDG de Concoursmania, qui édite des jeux marketing en ligne, pour son propre compte ou des sites commerciaux, Julien Parrou revient sur les clés du succès de son entreprise bordelaise...

Propos recueillis par Mickaël Bosredon

— 

Julien Parrou, PDG du groupe Concoursmania
Julien Parrou, PDG du groupe Concoursmania — S.ORTOLA/20MINUTES

Spécialiste du jeu marketing en ligne, la société bordelaise Concoursmania vient de présenter ses résultats du premier semestre 2013. Les comptes arrêtés au 30 juin font ressortir une progression de 20,1% du chiffre d’affaires du groupe, qui s’établit à 7,83 millions d’euros. Le résultat d’exploitation atteint 1,34 millions d’euros (soit une marge de 17,2%). Julien Parrou, président de Concoursmania qu’il a créé en 1995, répond aux questions de 20Minutes.

Comment expliquer vos bons résultats, dans un contexte de marché de la publicité on-line tendu?

Nous ne sommes pas uniquement dépendants du marché publicitaire, car notre secteur d’activité est associé au monde du marketing et du jeu, c’est cela qui nous permet de conquérir de nouveaux marchés. L’autre secteur qui fonctionne très bien actuellement, c’est tout ce qui touche à la publicité vidéo, ce que nous proposons aussi.

Vous avez effectivement complété votre offre publicitaire avec des video «incentive.» Ce nouvel outil se monétise-t-il bien?

Oui, il se monétise très bien. Les vidéos  «incentive» sont de très courtes publicités vidéo, qui se lancent automatiquement à chaque nouveau jeu. Ce qui est intéressant avec cet outil, c’est qu’en fonction du jeu, on peut facilement déterminer le profil d’utilisateur qu’il y a derrière l’écran. On ne lancera donc pas une pub pour une voiture de luxe sur un jeu de tir, mais plutôt sur un jeu de backgammon…

Avez-vous besoin de renouveler fréquemment les jeux vidéo que vous proposez?

En interne, nous travaillons essentiellement sur les technologies qui se passent autour du jeu, à savoir lancer la vidéo au bon moment, ne passer une publicité qu’une seule fois par utilisateur, gérer l’affichage… La conception du jeu se fait essentiellement dans des studios externes, avec qui nous travaillons. Notre démarche, c’est de déterminer quel  jeu plaira à quel public. Et pour cela, il faut l’amener au bon site et à la bonne personne.

Et quels sont les jeux qui plaisent au public en ce moment?

Les jeux qui fonctionnent très bien ce sont les «bubble shotter» et les mah-jong. Nous les proposons sur notre propre site, jeux.com, et sur Facebook, où 29 millions d’utilisateurs actifs mensuels suivent notre compte, ce qui nous place dans le Top10 mondial en terme d’audience sur le jeu.

Vous démarchez aussi les sites commerciaux. Leur proposez-vous le même type de jeux?

Non pas vraiment, ce qui va intéresser ces sites ce sont plutôt les jeux de type quiz, tirages au sort, jeux-concours... On fait gagner des lots, comme des PC portables ou des tablettes. Nos principaux clients sont les sites d’e-commerce, car historiquement ce sont les premiers annonceurs à avoir investi le secteur. Mais maintenant on observe que les compagnies d’assurance, et même les groupes de luxe, arrivent sur ce marché. Ils cherchent de nouvelles manières plus ludiques et interactives de communiquer avec leurs clients.

Quels sont vos projets pour 2014?

2014 sera marquée par notre déploiement sur tous les supports, y compris le mobile. Notre deuxième axe sera l’international, car aujourd’hui 85% de notre activité se situe en France. Et cela se présente plutôt bien...