Paludate : les abattoirs ne feront pas de vieux os

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Les professionnels de la viande inquiets pour les abattoirs de Paludate. Ils débattront de l'avenir de la structure ce soir, à la Chambre des métiers de la Gironde*. Gérés par la Communauté urbaine de Bordeaux, les abattoirs sont déficitaires depuis plusieurs années. Pour remédier à la situation, la CUB hésite aujourd'hui entre un déménagement et une suppression totale. Une étude doit s'achever à la mi-décembre, et ses conclusions sont attendues pour début 2007.

Si la CUB préfère ne pas s'avancer pour le moment, la fermeture ne laisse plus beaucoup de doutes : « Les abattoirs vont sûrement fermer car ils sont surdimensionnés », observe Béatrice Secondy, chargée de mission à la Chambre des métiers. En difficulté dans toute la France, l'activité d'abattage a beaucoup diminué à Bordeaux. « Les tonnages sont passés de 25 000 tonnes dans les années 1970 à 4 000 tonnes aujourd'hui », indique la Chambre.

Trouver un scénario de remplacement est néanmoins crucial pour les 400 artisans bouchers du département. « Près de la moitié s'approvisionnent aux abattoirs de Bordeaux », souligne Joaquim Ribeiro, président de la Fédération des artisans bouchers charcutiers de la Gironde. Et si la structure disparaît, en 2008 selon la rumeur, la plupart n'auront plus qu'à jeter l'éponge. A part Bordeaux, la Gironde compte un seul autre abattoir, à Bazas, mais de petite capacité. Et pas question de faire 100 kilomètres pour aller choisir sa viande à Bergerac ou en Charente... « En termes de temps et de coût, ce serait trop lourd », note la Chambre des métiers. Pour Joaquim Ribeiro, boucher aux Capucins, « créer un nouvel outil dans la CUB est indispensable ». Une solution qui n'est pas exclue, mais encore faut-il que les professionnels se mobilisent pour justifier cet investissement.

Marion Guillot

* A 19 h 30, 46, avenue du Général de Larminat, Bordeaux.

Reconstruits en 1998 après un incendie, les abattoirs sont situés dans un quartier en mutation. Une gare TGV doit y voir le jour à l'horizon 2010.