Un homme décède à l'issue d'un passage en cellule de dégrisement

ENQUETE Un homme de 55 ans, ramassé en état d'ébriété dans la rue par les policiers, est décédé samedi matin à l'hôpital de Bordeaux, après avoir passé quelques heures en cellule de dégrisement...

Mickaël Bosredon

— 

Le commissariat de police de Bordeaux
Le commissariat de police de Bordeaux — S.ORTOLA/20MINUTES

Le parquet de Bordeaux a indiqué, ce mardi, qu’un homme «en état de précarité sociale», est décédé samedi matin à l’hôpital Charles Perrens de Bordeaux, à la suite d’un séjour en cellule de dégrisement  à l’hôtel de police de Bordeaux.

«Le Jeudi 10 octobre en soirée, les fonctionnaires de police de la sécurité publique ont pris en charge un homme âgé de 55 ans, allongé au sol» et qui «présentait les signes de l’ivresse publique et manifeste» précise le communiqué du procureur adjoint, Gérard Aldigé. «Cette personne a aussitôt été conduite en milieu hospitalier et examinée. Un certificat médical de non hospitalisation a été délivré et remis aux policiers.» En conséquence, elle a été placée en cellule de dégrisement à l’hôtel de police de Bordeaux.

«Au matin, il était constaté que cette personne, allongée sur le bât flanc de la cellule, était inconsciente. Il était alors immédiatement fait appel aux pompiers pour assurer son transfert médicalisé à l’hôpital. Elle y décédait samedi dans la matinée.»

Une enquête a été ouverte et confiée par le parquet de Bordeaux à l’antenne locale de L’IGPN (Inspection générale de la police nationale).

«Il est d'ores et déjà avéré qu’aucune intervention extérieure n’est à l’origine de son malaise dans les locaux de police» assure le parquet.