Coup de grâce pour les arènes de Floirac

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Les aficionados sont venus assister au dernier spectacle des arènes de Floirac. Vendue hier aux enchères pour 31 000 e, la Plaza de Toros emporte avec elle un pan de la culture taurine bordelaise. La mairie compte utiliser le terrain pour construire 600 logements sociaux, destinés notamment au relogement des habitants des tours de Libération. Et l'argent de la vente contribuera à créer la future médiathèque. Hier, professionnels du spectacle et ferrailleurs étaient venus tenter leur chance. « Des arènes démontables, relativement récentes et avec une histoire comme celles-ci sont très rares à la vente », confie le représentant d'une société de loueurs de tribunes de Montpellier.

Mise à prix 8 000 e par Maître Briscadieu, la Plaza de Toros est acquise en quelques minutes par Michel Laurent, venu du grand Sud-Ouest. « Je suis très heureux, ces arènes vont vivre à nouveau et accueilleront des spectacles. » Très discret, il ne veut pas en dire plus sur la localisation de son projet. Les arènes de 7 136 places, avec une piste de 44 mètres de diamètre, seront démontées à sa charge avant la fin janvier.

Depuis 1988, les plus grands noms de la tauromachie, de César Rincon à El Cordobès, ont foulé les sables de la Plaza de Toros, les arènes les plus au nord du monde. Selon Pierre Darrouzet, aficionado floiracais, « ces arènes ont redonné une vie et une identité à Floirac. De la tauromachie, on ira en voir ailleurs, mais c'est dommage pour la ville. En septembre, lors de la dernière corrida, j'ai versé une larme. »

Julie Millet

Une salle multifonctions de 12 500 places, en dur et couverte, située en bord de Garonne, est à l'étude. Elle ne verra pas le jour avant 2008. D'ici là, les amateurs de corridas devront se rabattre sur les arènes de Captieux et La Brède.