A Bordeaux, Alain Juppé est bel et bien rentré en campagne

MUNICIPALES Alain Juppé a fait sa conférence de rentrée ce mardi...

Elsa Provenzano

— 

Bordeaux, 8 fevrier 2013. - Alain Juppe, maire de Bordeaux, dans son bureau. - Photo : Sebastien Ortola
Bordeaux, 8 fevrier 2013. - Alain Juppe, maire de Bordeaux, dans son bureau. - Photo : Sebastien Ortola — S. Ortola / 20 Minutes

L’air de rien, Alain Juppé a rendu les coups. S’il ne veut pas commenter l’entrée en campagne de son adversaire socialiste ni se laisser dicter son calendrier, il n’a pas manqué de lui renvoyer la balle sur les sujets que celui-ci avait abordés le 5 septembre lors de sa conférence de rentrée.

« Je pense qu’il a quatorze ans de retard »

« Je me suis payé une belle crise de rire en entendant le président de la CUB dire que Bordeaux s’était repliée sur elle-même », lance-t-il, en estimant à 50 000 le nombre de nouveaux arrivants depuis 2008. En évoquant le budget 2014 il dément aussi la trop grande pression fiscale pointée par Vincent Feltesse : « Certes en 1995, le taux d’imposition fiscale était élevé mais ce n’est plus le cas. Les impôts locaux n’ont pas progressé depuis trois ans », argue-t-il. Sur la politique de proximité, le maire de Bordeaux a égrené les équipements prévus (le parc aux Angéliques, deux bibliothèques à Bordeaux sud etc.) en réponse au candidat socialiste qui a critiqué sa politique « centrée sur l’hyper centre ».

L’actuel maire de Bordeaux a aussi attaqué le bilan de Vincent Feltesse à la tête de la CUB, en particulier sur le ramassage des ordures au centre-ville, une compétence communautaire. « Il y a une grave défaillance dans l’organisation de la collecte » lance le candidat UMP qui estime qu’il s’agit de mieux gérer les effectifs des agents. « Et quand je l’entends dire qu’il veut faire rentrer Bordeaux dans le  XXIe  siècle, je pense qu’il a quatorze ans de retard », s’amuse l’ancien premier ministre.

Calendrier

Le maire de Bordeaux réunit ses comités de campagne ce mercredi à l’INSEEC, une école de management. On connaîtra sa liste, renouvelée en partie, au mois de janvier.