Les ostréiculteurs sous pression immobilière

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

A quelques semaines des commandes pour les fêtes, les huîtres du Bassin d'Arcachon restent sous haute surveillance. Si la fameuse toxine demeure inconnue, aucune suractivité médicale n'a été constatée dans le secteur : les huîtres sont en bonne santé. Pourtant, la profession a enregistré une baisse des ventes de 15 % à 30 % au détail et de 50 % à 80 % dans la grande distribution. Nombreux ont l'impression de souffrir inutilement. « Ça cache quelque chose, c'est une stratégie », commente Jean-Charles Mauviau, directeur de la Section régionale conchylicole (SRC). Entre l'augmentation de la population – près de 8 000 habitants en plus par année sur le Bassin – et la place que prennent les ostréiculteurs (50 % du littoral), certains se demandent si des intérêts ne souhaitent pas la mort de l'ostréiculture. « C'est difficile de l'affirmer, reconnaît Jean-Charles Mauviau, mais cette arme sanitaire est peut-être un moyen de toucher autre chose. » « Certains verraient bien des ports de plaisance à la place des cabanes ostréicoles », surenchérit Alain Molen, ostréiculteur à la Teste-de-Buch.

Le domaine public est inaliénable et imprescriptible

« C'est un fantasme ! La pression pour sortir les ostréiculteurs des ports n'est pas fondée », rétorque Bruno Lapierre, chef du service mer et port au conseil général, en charge du domaine public maritime. Quand une cabane ostréicole se libère, le conseil général peut autoriser l'installation d'ostréiculteurs, de pêcheurs, de certaines professions qui ont besoin de la proximité de l'eau, de retraités des activités maritimes, d'associations et, en dernier lieu, d'un propriétaire de bateau, donc un particulier. « Ça ne s'est jamais vu, explique Bruno Lapierre, on préfère la mettre en attente pour l'attribuer à un ostréiculteur. »

Dans ces conditions, il semble difficile de s'imaginer propriétaire d'une cabane au bord du bassin. Cependant, Bruno Lapierre comprend le « ressenti » de la profession : « A la Teste, certains ostréiculteurs sont installés sur une partie du domaine qui est devenue privée et il est vrai que la pression immobilière peut les retrancher sur le domaine public. Mais ce dernier n'a pas évolué depuis l'année 1986. »

Les villages ostréicoles du Cap-Ferret sèment le trouble

Historiquement, la situation est différente au Cap-Ferret, car c'est le seul endroit où il y a des cabanes d'habitation et où le domaine maritime est géré par la mairie. Jusqu'aux années 1960, pour avoir une cabane, il suffisait de posséder un parc à huîtres. Mais quand l'ostréiculture s'est développée, les propriétaires ont cédé les parcs aux professionnels, tout en restant dans les villages ostréicoles. Seules 20 % des cabanes seraient réellement occupées par des professionnels. « Certaines personnes habitent ici depuis plusieurs générations, et les jeunes ostréiculteurs qui s'installent s'interrogent parfois sur la présence de ces non-professionnels », précise Joël Dupuch, porte-parole de la SRC et habitant d'un de ces villages. Mais selon lui, ce n'est pas une menace pour la profession, « c'est la façon dont cette crise est gérée qui rend paranoïaque », ajoute-t-il. La suspicion persiste tout de même : « Les dérives existent, insiste Alain Molen. Au Cap-Ferret, certains passent le Brevet professionnel agricole et maritime [soit 800 heures de formation] pour le fun ».

Maggy Bréhant, agent immobilier au Canon, reconnaît que ces cabanes attisent les convoitises. « Nous avons tous les jours des gens qui demandent s'il y en a à rénover. » Et les propriétaires du domaine privé (parfois proche du public) peuvent fixer des prix de vente élevés : « J'ai estimé un terrain de 600 m2 avec une cabane entre le Canon et l'Herbe à plus de 800 000 e. » De quoi inquiéter une partie de la profession, qui a vu d'un mauvais oeil le transfert du domaine public maritime aux collectivités locales : « Avec l'inertie de l'Etat, ça ne risquait pas d'évoluer. Avec les changements de majorité dans les collectivités, cette gestion peut changer », craint Jean-Charles Mauviau.

Orianne Dupont