Boris Diaw se réengage avec les JSA pour 4 ans

Marc NOUAUX

— 

Boris Diaw, le 14 novembre 2011 à Aubervilliers.
Boris Diaw, le 14 novembre 2011 à Aubervilliers. — V.Wartner / 20Minutes

Pour tous ceux qui le pensaient sur le départ, c’est raté. Boris Diaw ne fuira pas un navire qui coule. Les JSA, rétrogradés sportivement en N1 et en proie à de grosses difficultés économiques ont tenu une conférence de presse ce mardi après-midi pour expliquer les contours de la nouvelle organisation de l’équipe dirigeante. Le président, qui a bien comblé le déficit de la fin de saison dernière, reste le même mais s’impliquera beaucoup moins dans la vie quotidienne du club.

«On a signé le renouvellement pour quatre ans de la convention entre l’association des JSA et la SASP du club de basket pro présidée par Boris Diaw.» Denis Lacampagne, le président de l’association des JSA omnisports a été clair. Diaw reste l’actionnaire majoritaire du club lors des prochaines saisons. Un signe fort délivré par l’actuel joueur des Spurs de San Antonio en NBA qui semblait sur le départ du club bordelais depuis quelques semaines.

Des grosses coupes dans le budget

En termes d’organisation quotidienne, «Babac» va donc déléguer ses prérogatives à son directeur, Nicolas Mingant. Sans en avoir le nom, le dirigeant aura les fonctions de président. «Boris, qui était décisionnaire de tout a décidé de prendre des distances avec le pouvoir, explique Mingant. Il ressent le besoin d’être moins sollicité et surtout d’avoir quelqu’un de réactif sur place. Ce n’était pas possible de continuer comme ça. Je prendrai les décisions au quotidien et rendrait des comptes en juin. Ce n’est pas un retrait mais une implication différente de Boris.»

En passant d’un budget de 1,55 millions d’euros en 2012-2013 en pro B à 900 000 euros en 2013-2014 en N1, les JSA ont perdu 650 000 euros. Une crise économique qui a obligé le club à faire des choix. Trois des quatre salariés administratifs du club n’ont pas été conservés. Nicolas Mingant est le seul, en dehors du secteur sportif, à ne pas être bénévole. Exit donc Thomas Darnauzan, qui avait un rôle de directeur sportif obscur. Peu efficace dans son registre, l’ami de Boris Diaw a été écarté du club au terme de son contrat qui courait jusqu’au 30 juin dernier.

Objectif plus économique que sportif

Après avoir évoqué tout l’aspect administratif, les dirigeants des JSA ont présenté une grande partie de l’effectif qui défendra les couleurs du club en N1. Seuls Gauthier Darrigand, qui devrait endosser la responsabilité de capitaine, et Mathieu Guichard, sont pour l’instant conservés. Les recrues sont Issife Soumahoro (24 ans, Fos sur Mer), Martin Le Pellec (26 ans, Boulogne), Gilles Sylvain (30 ans, Saint-Quentin) et le retour du pivot John Ford, l’Américain de 35 ans qui avait arrêté le basket pendant un an après ses deux dernières saisons à Bordeaux. Deux jeunes du club sont également intégrés à l’équipe première (Alvin Mehou-Loko et Alexandre Vialaret, 18 et 19 ans, qui se partageront le rôle de doublure au poste 2).

En attendant l’arrivée d’encore trois joueurs chargés de doubler les postes, le club a fixé les objectifs pour cette saison. «C’est avant tout de stabiliser le club en interne, souhaite Nicolas Mingant. De le structurer et de ramener l’équilibre économique. Les objectifs sportifs ne passent pas après, nous restons ambitieux, mais notre priorité est d’ordre structurelle et économique.»