«A l'automne, on se rendra compte de la dimension du nouveau stade de Bordeaux»

Marc NOUAUX

— 

Le nouveau stade de Bordeaux, le 2 juillet 2013, deux mois et demi après la pose de la première pierre.
Le nouveau stade de Bordeaux, le 2 juillet 2013, deux mois et demi après la pose de la première pierre. — A. Tchia / 20 Minutes

«On sera dans les clous pour avril 2015.» Marc Guerpin l’assure. Le directeur de projet du nouveau stade de Bordeaux a fait le point, ce mardi, sur l’avancée des travaux, débutés il y a plus de six mois. Deux mois et demi après la pose de la première pierre,  le chantier avance au rythme espéré. Le terrain a été traité et assaini et a pu accueillir les 945 pieux en profondeur chargés de l’assise de l’enceinte. «Le sol était comme prévu très mauvais, explique Marc Guerpin. Donc les traitements de ce sol qui était très marécageux et qui comportait des matériaux de déconstruction dans son sous-sol nous ont permis de l’assainir. On a bien fait de prendre ces mesures qui se sont révélées très opérantes.»

Si à l’œil, on ne devine pas encore qu’un grand stade verra le jour en face du vélodrome de Bordeaux, la présence des six grues, d’un pont roulant et d’une centrale à béton monopolisent l’attention. Point positif, l’immensité du chantier (41.000 m3 de béton, 200 compagnons déployés, 11.000 tonnes de charpente métallique…) ne gêne pas l’activité des entreprises voisines et du parc des expositions. Des aires de dégagement ont été en effet prévus pour les camions afin d’éviter de saturer la circulation dans un secteur déjà bien encombré.

Les premiers gradins seront installés début août

La partie basse du stade étant quasiment bouclée, les premières élévations vont bientôt voir le jour. Fin septembre, la structure en béton sera terminée et cédera sa place à la mise en œuvre de la structure métallique. «On sort de terre, évidemment ce n’est pas encore visible de loin, concède le directeur de projet. Les choses vont commencer à devenir spectaculaire cet été et surtout à l’automne et l’idée du volume global on l’aura à la fin de cette année. Là, on se rendra compte de la dimension du nouveau stade de Bordeaux.»

Les gradins, qui sont conçus dans l’enceinte du chantier pour des raisons pratiques et de gains de temps, commenceront à être installés début août (à la fin du mois de septembre, la moitié des 24 kilomètres de gradins nécessaires seront d’ailleurs déjà fabriqués). Le rythme rapide de la construction devrait donc permettre de voir rapidement monter les premières tribunes. «Ca avance très bien, s’enthousiasme, Dominique Fondacci, le président de Stade Bordeaux Atlantique. La machine s’est mise en route et ne s’arrêtera plus jusqu’à l’inauguration. On peut se féliciter de la bonne tenue de ce chantier.»

Le grand public pourra visiter le chantier cet automne

Bonne nouvelle pour le public, le stade va bientôt lui être accessible. Dans le même temps où les tribunes s’élèveront, un espace va être crée afin de permettre au grand public de voir la maquette, de se renseigner sur la tenue des travaux et d’avoir des éléments explicatifs concernant les techniques de construction. A priori, ce bâtiment d’accueil verra le jour en septembre et des visites du chantier devraient être organisées à partir du mois de novembre. «Le club des Girondins de Bordeaux va bientôt entrer dans le stade, même pendant les travaux, pour ajouter la dimension évènementielle, explique Dominique Fondacci. Il faut que ce stade fasse rapidement rêver le public qui doit se l’approprier.»