Présentation aujourd’hui du service Autolib à la bordelaise

DEPLACEMENTS Le groupe Bolloré, La communauté urbaine et la mairie de Bordeaux présentent cet après-midi le service d'autopartage qui sera déployé dans l'agglomération en novembre...

Mickaël Bosredon

— 

Alain Juppé au volant de l'Autolib de Bolloré, le 26 février 2013
Alain Juppé au volant de l'Autolib de Bolloré, le 26 février 2013 — S.ORTOLA/20MINUTES

C’est vers 14h30 que sera dévoilé le nom du service d’autopartage que le groupe Bolloré va mettre en place à Bordeaux et dans son agglomération, en novembre prochain. Cette annonce, ainsi que la présentation de la Blue Car de Bolloré et d’un modèle d’une des stations qui seront installées sur la voie publique, se fera en présence de Vincent Feltesse (PS), président de la Communauté urbaine, et Alain Juppé (UMP), maire de Bordeaux.

On se souvient qu’en février dernier, Alain Juppé avait joué cavalier seul pour le début de cette aventure, annonçant l’arrivée d’Autolib à Bordeaux en présence de Vincent Bolloré, sans consultation de la Communauté urbaine. Qui avait légèrement toussé à l’époque.

Autorisation temporaire d’occupation du domaine public

La présentation de ce vendredi se fait dans le cadre du salon des véhicules écologiques et à énergies renouvelables et alternatives. La Blue Car de Bolloré est en effet une voiture 100% électrique. Pour la première phase de son déploiement dans l’agglomération bordelaise, 90 véhicules seront installés sur la voirie, pour une quarantaine de stations, et 180 bornes de recharge. Bordeaux, évidemment, mais aussi Bègles, Cenon, Mérignac, Pessac et Talence en accueilleront.

La CUB rappelle que, à la différence du système déjà déployé en Ile-de-France par Bolloré depuis deux ans, «celui-ci ne fait pas l’objet d’une délégation de service public.» En d’autres termes, c’est l’industriel qui prend à sa charge l’ensemble des coûts d’installation des stations et des bornes de recharge. En échange, les collectivités lui accordent une Autorisation temporaire d’occupation du domaine public, pour les bornes et le stationnement des véhicules. Un stationnement qui se réduira d'autant pour les véhicules des particuliers. Mais, selon une étude de l'Ademe, une voiture d'autopartage équivaut à neuf véhicules en moins en circulation. 

Le système Autolib permet, après abonnement, d’emprunter des véhicules stationnés sur la voirie pour de courtes durées, à la manière du système VCub (vélo en libre-service). Bolloré souhaite l'étendre dans plusieurs agglomérations, à Bordeaux mais aussi à Lyon.