La culture, le social et les équipements de proximité : les sujets de campagne du candidat socialiste

Elsa Provenzano

— 

Vincent Feltesse entouré des membres de son collectif de campagne.
Vincent Feltesse entouré des membres de son collectif de campagne. — S.Ortola / 20 minutes

Vincent Feltesse avait déjà pointé le manque d’équipements de proximité,  il y a deux semaines, lors de son annonce officielle de candidature. Jeudi, il a étoffé les sujets sur lesquels il va bâtir sa campagne. «Alain Juppé pense que l’enjeu des vingt prochaines années c’est le renouvellement urbain. Mais la remise à niveau dans ce domaine et la création de grands équipements, on peut dire que c’est fait. Est-ce que les leviers ne sont pas ailleurs ? », s’interroge le candidat socialiste.

S’il reconnait un bon bilan au maire sortant il rappelle qu’il a apporté sa pierre à l’édifice, en tant que président de la Communauté Urbaine (CUB)  depuis six ans. Les dossiers qu’il compte mettre en avant pour convaincre les Bordelais de l’élire sont justement hors de la compétence de la CUB : la culture, le social et les équipements de proximité.

« Des acteurs culturels sous cloche »

Eric Chevance, ancien directeur du TNT Manufacture de chaussures est chargé de la culture au sein du collectif et espère faire émerger un débat : «  Les acteurs culturels sont sous cloche actuellement. Il faut  réfléchir à un projet transversal qui permette de sortir des carcans. » Vincent Feltesse  ajoute : « C’est une question de survie pour certaines compagnies de théâtre par exemple, à qui il manque 5000 ou 10 000 euros pour continuer alors que des sommes énormes sont mobilisées sur de grosses manifestations événementielles comme Evento ».

Bordeaux, la ville où la charge fiscale par habitant est la plus forte

Louis Daniel, ancien directeur des services fiscaux de la Gironde, chargé en toute logique du volet finance dresse un bilan peu réjouissant : « Bordeaux est la ville où la charge fiscale par habitant est la plus forte. Le discours sur le taux d’imposition c’est du pipeau ! Ce qu’il faut regarder ce sont les bases fiscales et à ce moment là,  on voit que Bordeaux est en tête et Nice arrive juste après », explique t-il.  Naïma Charai , chargé de la lutte contre les discriminations, parle, elle, de «fracture territoriale» entre les Aubiers, le Grand Parc, les zones urbaines sensibles et le reste du territoire. « Les habitants de ces quartiers ont quatre fois moins de chance d’accéder à l’emploi », assure t-elle. Le candidat a évoqué le sujet sensible du passage à la semaine de quatre jours et demi, prévu en 2014 dans les écoles bordelaises.  « Juppé dit que les familles vont devoir payer mais c’est un choix politique ! A Paris par exemple, ce n’est pas ce choix là qui a été fait », pointe t-il.

Le manque d’équipements

Vincent Feltesse parle de cinq fois moins d’équipements de proximité que dans certaines autres grandes villes. Gilles Renoust, ingénieur dans l’aéronautique, est son référent pour le 8e canton. Or, selon lui Caudéran est particulièrement mal loti. « Il ya 40 000 habitants et pas de centre culturel : pas de cinéma , une piscine qui date des années 40 et la médiathèque c’est un bus ! » égrène t-il. Une image loin de celle, véhiculée il y a dix ans, d’un petit Neuilly.