Le port de Bordeaux mise sur les supers yachts

ECONOMIE La filière nautique est un des leviers pour la création d'emplois dans l'agglomération.....

Elsa Provenzano

— 

Le yacht Pellegrina, 50 mètres de long, était amarré au ponton d'honneur. 
 
Le yacht Pellegrina, 50 mètres de long, était amarré au ponton d'honneur.   — S.Ortola / 20 minutes

L’ambition de faire de l’agglomération Bordelaise une métropole millionnaire d’ici 2030 implique la création de 75.000 emplois en 20 ans. «Cela peut paraître vertigineux mais 75.000 emplois ont été créés ces 20 dernières années», a souligné Vincent Feltesse, président de la Communauté urbaine de Bordeaux. Pour identifier les leviers de croissance de l’emploi, la  CUB a organisé son premier sommet économique, lundi. La filière nautique fait partie des pistes. Et, le projet de Refit (aménagement de bateaux) sur les formes de radoub des Bassins à flot semble capable de donner de l’élan à la filière.

Des centaines d’emplois

Depuis un an un cluster Refit s’est formé et regroupe des entreprises locales spécialisées dans l’aménagement et la maintenance de bateaux.
«Notre cible ce sont les mégas yachts de plus de 70 mètres. C’est le créneau le plus porteur car les plus petits sont réparés sur la Méditerranée», explique Christophe Masson, directeur du port de Bordeaux. Dans cet esprit, la forme de radoub de Bassens (235 m de long) et celles des Bassins à flot (120 et 140 mètres) paraissent complémentaires.

«Les yachts de 120 à 140 mètres iront à Bassens et ceux entre 80 et 100 mètres aux Bassins à flot», a expliqué Thierry Lausseur, président du Cluster. Les premiers super yachts pourraient arriver à Bordeaux dès 2014 car il suffit de remettre les équipements en état. Le chiffre d’affaires annuel pourrait être compris entre 60 et 100 millions d’euros. «Après une montée en puissance, on peut espérer la création de quelques centaines d’emplois, à terme», estime Thierry Lausseur.

Rendre compatible logements et industrie légère

Principal obstacle à la création de ce pôle sur les Bassins à flot : la proximité de logements prêts à sortir de terre. «Les permis de construire ont déjà été délivrés», a pointé Josy Reiffers, chargé de l’emploi à la mairie de Bordeaux. Une couverture provisoire est envisagée pour diminuer les nuisances. Pour Vincent maurin, élu communiste à Bacalan, le projet doit aboutir à tout prix. «Il va rompre avec l’image du vin et du tourisme».