Spécialistes en braquages dans le box

©2006 20 minutes

— 

Les cinq braqueurs présumés de la bijouterie bordelaise Prévot comparaissaient hier devant la cour d'assises de Gironde. Ils sont accusés de vol avec arme commis en bande organisée. Le verdict sera rendu le 27 octobre. Selon un scénario bien huilé, Roland Birou, Miloud Bounaghla, Hamid Keita, Christophe Mene et Domingo Oliva – dont quatre sont sous le coup de condamnations et le dernier sous contrôle judiciaire pour braquages ou trafic de stupéfiants – auraient dérobé 3,5 millions de francs dans la bijouterie le 7 août 1999.

L'un d'entre eux, déguisé en femme, aurait permis à trois autres de pénétrer dans la bijouterie. Ils portaient des casques et au moins l'un d'eux possédait une arme. Ils ont volé montres et bijoux de valeur, puis se sont enfuis à moto. Trois des accusés ont déjà été condamnés dans l'affaire de la Brink's qui avait coûté la vie en janvier 1999 à un des convoyeurs (lire l'encadré). Hier, les accusés ont nié toute participation au braquage de la bijouterie et leurs avocats ont fait part de leur intention de plaider l'acquittement. Pourtant, selon l'enquête, déclarations et preuves matérielles permettent de faire le lien. Un proche de Domingo Oliva avait déclaré ainsi avoir entendu parler du braquage et du déguisement de femme.

Par ailleurs à l'occasion de perquisitions, des casques et des motos qui pourraient correspondre à ceux utilisés pour le braquage, ont été retrouvés chez un des accusés et une de leurs connaissances. Enfin, dans le cadre des auditions dans l'affaire de la Brink's, Hamid Keita, en désaccord avec ses complices, aurait évoqué leur participation au braquage, avant de se rétracter lors d'une confrontation avec les autres accusés.

O. Dupont

En 2004, Roland Birou et Christophe Mene ont été condamnés à perpétuité et Miloud Bounaghla à 30 ans de réclusion criminelle. Des peines confirmées en appel. Deux d'entre eux se sont pourvus en cassation.