Sharroom ou comment ne pas se prendre la tête en colocation

INSOLITE Le site Sharroom permet de répartir les tâches ménagères et l'argent pour les courses...

Elsa Provenzano

— 

Quatre étudiants Bordelais ont crée le site Sharroom. 
 
Quatre étudiants Bordelais ont crée le site Sharroom.   — S.Ortola / 20 minutes

La colocation, Rémi Mikel, 24 ans, a testé à plusieurs reprises et il en connaît les désavantages. « Il y en a souvent un qui se retrouve à en faire plus que les autres », résume-t-il. À l’heure de choisir un projet libre dans le cadre de ses études en informatique à l’école Epitech, il propose à ses trois autres camarades de concevoir un site pour organiser un partage des tâches entre les colocataires. Appelé Sharroom, le site permet aussi de simplifier les calculs liés aux remboursements de dettes. Il est lancé cette semaine sur Bordeaux et propose une version anglaise.

"On peut devenir super aspirator"

Le colocataire qui prend l’initiative de s’inscrire sur Sharroom invite ensuite par mail les autres occupants de l’appartement. Tout l’accès au site est gratuit. « Le problème en colocation c’est que chacun dit qu’il a fait telle corvée et ça peut vite virer à l’embrouille », souligne Rémi Mikel. Or, Sharroom enregistre qui a fait quoi et celui qui se tourne les pouces se fait rapidement repérer par les autres. « Le site propose des tâches par défaut comme sortir les poubelles, passer l’aspirateur et, on peut en créer d’autres, comme sortir le chien », explique Yann Guillon, 20 ans, l’un des créateurs. Les colocataires s’attribuent des points entre eux, en fonction des tâches effectuées. « On peut devenir super aspirator », précise Rémi Mikel, pour souligner l’aspect ludique. Sharroom pourrait aussi être utile aux couples qui rencontrent les mêmes problèmes de gestion au quotidien. 

www.sharroom.com