Mouvement social dans les crèches Bordelaises

ENFANCE Après une manifestation, mardi, une délégation d'agents du service petite enfance de la mairie a été reçue à l'hôtel de ville. Dix recrutements ont été proposés...

Elsa Provenzano

— 

Manifestation des agents des crèches municipales à Bordeaux
Manifestation des agents des crèches municipales à Bordeaux — S.Ortola / 20 minutes

Les agents qui travaillent auprès des tout-petits ont alerté la mairie de Bordeaux mardi, lors d’une rencontre avec la direction des ressources humaines, sur leurs conditions de travail. Le non-remplacement des congés maladies de courtes durées les contraint à encadrer les enfants en sous-effectifs. Sur 530 agents municipaux, 230 étaient en grève selon la mairie et 260 selon le syndicat CFDT qui a appelé à la grève.

La qualité de l'accueil en jeu

Pour respecter les règles de sécurité, un auxiliaire de puériculture ou titulaire du CAP petite enfance doit encadrer au maximum huit enfants qui marchent et un agent ne peut avoir plus de cinq bébés à sa charge. Or depuis 2010 et le décret Morano, les effectifs d'enfants ont augmenté de 10 à 20 % selon les structures d’accueil.

«Il arrive qu’un membre du personnel fasse le travail de deux ou trois agents», s’indigne une directrice de crèche de 51 ans, préférant garder l’anonymat. «Il nous faut parfois mettre en sécurité une partie des enfants pour faire le ménage en fin de journée», raconte Tiffany, 28 ans, titulaire d’un CAP petite enfance. Difficile dans ces conditions de garantir une qualité continue de l'accueil des enfants. 

Une dizaine de recutements annoncés

«Le malaise des agents a été bien mesuré. Dix recrutements sont prévus: cinq titulaires du CAP petite enfance début juin et, cinq agents techniques (pour l’entretien et la préparation des repas)», a annoncé Brigitte Collet, adjoint au maire chargée de l’enfance et de la famille.

«C’est un premier pas satisfaisant si les engagements sont tenus», observe Nicolle Moulinier, représentante CFDT pour la section petite enfance à la mairie de Bordeaux. Elle ajoute qu’il faudra vérifier sur le terrain que ces recrutements comblent le déficit de personnel, provoqué par un absentéisme assez fort.

«C’est un cercle vicieux parce que les agents en poste se fatiguent et donc l’absentéisme augmente», pointe Virginie, 33 ans, psychologue dans une crèche Bordelaise. Pour le syndicat, remédier à l’absentéisme passe par des mesures de lutte contre la pénibilité au travail.