Gare aux travaux à Saint-Jean

TRANSPORTS La SNCF va réaliser de grosses interventions en gare Saint-Jean de Bordeaux les week-end de l’Ascension et de la Pentecôte en gare de Bordeaux. Aucun train ne circulera entre Bordeaux et Toulouse...

Mickaël Bosredon

— 

Chantier SNCF à la gare de Bordeaux
Chantier SNCF à la gare de Bordeaux — DR/SNCF

Arrivé tout droit de Paris-Saint-Lazare, le nouveau directeur régional de la SNCF pour l’Aquitaine et le Poitou-Charentes, Olivier Devaux, a été «assez impressionné par la volumétrie des travaux à venir d’ici à 2017 dans la région.» Et il va rapidement être mis dans le bain, avec deux opérations « coups de poing » en gare Saint-Jean à Bordeaux, les week-end de l’Ascension et de la Pentecôte.

Quelque vingt-et-un «appareils de voie», comprendre des aiguillages, vont être remplacés ces deux-week-end, au sud de la gare. Coût de l’opération: près de 10 millions d’euros. «C’est un chantier à haute technicité, prévient Bruno de Monvallier, directeur régional de Réseau Ferré de France, et qu’il faudra réaliser dans un temps très réduit.» Préparés «depuis trois ans», souligne Philippe Dory, directeur de l’infrastructure à la SNCF Aquitaine, ces travaux se dérouleront du mercredi 8 mai à partir de 8h20, au dimanche 12 mai jusqu’à 8h10 pour la première phase, et du samedi 18 mai à partir de 12h30, au lundi 20 mai jusqu’à 4h.

Des bus à la place des TER et des Intercités

«L’ensemble de la section entre Bordeaux et Toulouse sera impactée», prévient Olivier Devaux. Ainsi, aucun TGV ne circulera de Bordeaux vers Toulouse et Marseille durant cette période, et des bus seront mis en place entre Bordeaux et Marmande d’une part, et Langon d’autre part, pour remplacer les trains Intercités et les TER. Il sera possible de reprendre des trains régionaux à partir de ces deux villes.

«L’enjeu, souligne Olivier Devaux, est de permettre aux voyageurs d’emprunter les trains avant ces deux week-end de ponts, et de revenir tranquillement après.» Quelque 60.000 personnes sont attendues en gare durant ces week-end. Une cinquantaine d’agents de la SNCF, et une dizaine de personnes de la protection civile, seront mobilisées pour gérer et informer les passagers.

«Une intervention complexe, mais nécessaire»

Ces travaux, qui se dérouleront sur deux zones distantes d’environ 1 km, permettront donc de changer les aiguillages et les voies. Quelque 5.000 Tonnes de ballast seront acheminés, par trains, jusque sur les zones de chantiers. «C’est une intervention complexe, car nous sommes sur une zone dense, où les voies sont enchevêtrées, insiste Philippe Dory. Mais elle est absolument nécessaire, car ce matériel est âgé d’une quarantaine d’années, et nécessite de plus en plus de maintenance.» «Nous aurons ainsi traité l’ensemble des appareils de voies du secteur de Bordeaux, ajoute Bruno de Monvallier, et disposerons d’un outil en parfait état de fonctionnement.» L’objectif étant d’améliorer la régularité des trains.

Une régularité mise à rude épreuve depuis plusieurs mois sur le réseau, en raison des nombreux travaux qui s’y déroulent. RFF rappelle en effet qu’il investit, chaque année, 300 millions d’euros sur la région pour des remplacements de voie. Depuis le début du mois, indique Patrick du Fau de Lamothe, conseiller régional en charge des TER, quelque 10% des trains accusent des retards supérieurs à cinq minutes. Environ 60% de ces retards sont dus à l’infrastructure.