Pose de la première pierre du grand stade: du beau monde, des absents, et des petites phrases…

EVENEMENT En marge de la pose de la première pierre du grand stade, quelques petites phrases lors des discours, et l'absence de Vincent Feltesse, ont fait parler en coulisses...

Mickaël Bosredon

— 

Françoise Cartron, Alain Rousset et Alain Juppé, le 15 avril 2013, lors de la pose de la première pierre du grand stade de Bordeaux
Françoise Cartron, Alain Rousset et Alain Juppé, le 15 avril 2013, lors de la pose de la première pierre du grand stade de Bordeaux — S.ORTOLA/20MINUTES

Entre les représentants des partenaires publics et privés, ceux des Girondins de Bordeaux, du club de rugby de l’UBB, et Noël le Graët, président de la Fédération française de football, il y avait foule pour la pose de la première pierre du futur grand stade de Bordeaux, ce lundi midi. Mais il y avait aussi des absents de marque. Jean-Louis Triaud, président du club de foot des Girondins, s’était fait excuser pour cause de grippe. Mais c’est surtout l’absence de Vincent Feltesse, président PS de la Communauté urbaine, député de Bordeaux, et candidat supposé aux municipales de Bordeaux en 2014, qui a fait parler. L’élu est en effet en déplacement pour trois jours à New-York, à l’invitation de la Columbia University, pour l’inauguration de l’Earth Institute. Il était représenté par Françoise Cartron, sa vice-présidente en charge du rayonnement de la métropole.

Lors des discours, certains en ont profité pour glisser quelques messages. Anticipant d’éventuelles critiques de ses opposants, Alain Juppé a ainsi rappelé que «c’est Alain Rousset le premier qui a eu l’idée d’un grand stade à Bordeaux.» Lors de sa prise de parole, le président socialiste de la région Aquitaine a «remercié» le maire de Bordeaux de cette piqûre de rappel, et lui a lancé que c’est «de notoriété qu’il s’inspire des bonnes idées des autres », avant de glisser que « personnellement, je n’aurais pas choisi ce modèle financier du partenariat public-privé.»

Nicolas de Tavernost a lui subtilement remercié son équipe des Girondins «d’avoir fait un effort samedi (victoire 4-2 contre Montpellier)» avant cette inauguration, et estimé que «s’ils avaient joué comme cela toute la saison, on n’en serait pas à se poser des questions sur le remplissage du futur stade»