Ligue 1 : Le nouveau stade, l’outil indispensable pour les Girondins

Marc Nouaux

— 

Le nouveau stade de Bordeaux devrait être inauguré en juillet 2015.
Le nouveau stade de Bordeaux devrait être inauguré en juillet 2015. — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Avec la pose de la première pierre du nouveau stade de Bordeaux, on se projette un peu plus sur le futur du club des Girondins. Dans moins de deux ans et demi, le club aura une enceinte de 42 000 places à sa disposition. Et selon les acteurs du football girondin et français, ce nouveau stade revêt un caractère indispensable dans la perspective de rester compétitif au plus haut niveau.

Suivre le modèle allemand. Les Allemands ont décidément toujours un temps d’avance sur les Français actuellement. En matière de stades de football, ils ont même dix ans d’avance. Après la Coupe du Monde 2006 qui s’est déroulée sur le sol germanique, les clubs ont su surfer sur la vague de leurs nouveaux stades afin de les rendre accueillants, compétitifs et rentables. Un succès que jalouse le président de la fédération française de football (FFF), Noël Le Graët. «Oui, j’aimerais bien que le football français copie un petit peu ce qui s’est fait en Allemagne après la Coupe du Monde 2006 avec davantage de recettes, plus de performances au niveau économique et plus d’accueil pour les classes populaires. Je pense qu’à l’avenir, les clubs vont être mieux équipés. Depuis quelques années, il y avait un gros décalage. Ce qui s’est fait en Allemagne, est toujours positif, les joueurs et les régions pourront, grâce à cette rivalité d’accueil, mieux rivaliser.»

Un meilleur accueil du public comme leitmotiv. «Il nous manque des spectateurs à Bordeaux, c’est très important d’avoir du public.» Nicolas de Tavernost, le président du directoire de M6, propriétaire des Girondins, a ciblé l’objectif principal de son club avec l’arrivée de ce nouveau stade. Représentant 7% du budget, les recettes provenant des guichets sont jugées trop insuffisantes par le club. L’idée, avec la nouvelle enceinte, est de doubler cette part puisque les droits télé ne devraient pas augmenter de manière significative dans les prochaines années. La perspective d’un nouveau stade suffira t-elle à attirer de nouveaux spectateurs à Bordeaux ? «Je dirais que ce n’est pas lié qu’au sportif, il y a aussi le contexte économique et les conditions d’accueil, estime Nicolas de Tavernost. Il y a eu de belles affiches et parfois ce n’était pas plein Quand on regarde un match sous la pluie, ce n’est pas sympathique.» Le coach girondin, Francis Gillot, a trouvé la recette pour faire revenir les gens au stade. «Le confort plus des bons résultats de l’équipe peuvent faire que les spectateurs viennent un peu plus nombreux.»

Un symbole de renouveau. Depuis son titre de champion de France en 2009, Bordeaux a régressé sportivement et économiquement. Même si les résultats restent corrects, ils ne sont pas vraiment en rapport avec le standing et le budget du club. Et les deux prochaines années seront «difficiles économiquement» de l’aveu même de Nicolas de Tavernost. Le nouveau stade pourrait donc permettre d’insuffler une nouvelle dynamique. «Sans équipement correct, les Girondins ne peuvent pas tenir la distance, affirme le représentant de l’actionnaire principal. Si on veut tenir un budget qui soit dans les cinq ou six premiers français, il nous faut un grand équipement.» La perspective d’une infrastructure neuve et accueillante peut aussi rendre plus attractif le club girondin. A l’image de Francis Gillot, le coach bordelais qui semblerait attiré par l’idée de rester en Gironde lors de l’entrée dans le nouveau stade, alors que son contrat prendra fin quelques mois plus tôt. «C’est le début d’une aventure pour tout le monde et j’espère aussi pour moi, ambitionne Francis Gillot. J’aimerais bien m’assoir sur le banc ici avec mon staff technique car c’est un stade qui donne envie quand on regarde les maquettes.» Attention tout de même à cette vision de renouveau. Les exemples de Grenoble ou du Mans, qui ont connu des descentes aux enfers une fois entrés dans leur nouveau stade, prouve qu’une nouvelle enceinte n’est pas forcément la solution à tous les maux d’un club de football.