Le radar mobile de Gironde a déjà flashé plus de 200 fois en trois jours

SECURITE ROUTIERE Le radar mobile de Gironde est entré en service samedi 30 mars. Et il a déjà flashé plus de 200 fois en trois jours...

Mickaël Bosredon

— 

Le nouveau radar embarqué avec l'écran de contrôle.
Le nouveau radar embarqué avec l'écran de contrôle. — F.CEPAS/DSCR

Annoncé dans un premier temps le 1er mars, présenté officiellement le 15 mars, le tout nouveau radar mobile n’est finalement entré en service que le 30 mars, selon nos informations. La préfecture de la Gironde a confirmé à 20Minutes, mardi, qu’il a fallu une batterie de tests supplémentaires avant d’activer ce nouveau radar embarqué, capable de flasher les automobilistes en excès de vitesse, dépassant le véhicule banalisé dans lequel il se trouve.

La Gironde, onzième département de France

Mais une fois entré en action, le nouveau radar, embarqué dans une Renault Mégane grise, n’a pas perdu de temps. En trois jours, il a déjà flashé 202 fois sur les routes du département (uniquement en zone gendarmerie). Il s’agit d’une flèche de plus à l’impressionnant arsenal répressif à la disposition de la préfecture, qui comptait déjà depuis le 20 mars un autre type de radar, le radar dit «discriminant.» C’est-à-dire capable de différencier le type de véhicule pris en infraction. Installé à Cestas, celui-ci a déjà relevé 981 infractions, dont 965 commises par des poids-lourds, toujours selon nos informations.

Selon un classement révélé par la magazine Auto Plus, lundi, sept radars de la région figurent dans le Top 100 des appareils les plus efficaces en France. Parmi eux, le radar du pont d’Aquitaine à Bordeaux, est en bonne place. En 2012, il a flashé 68 212 fois dans le sens Paris-Bordeaux, soit une moyenne de 187 fois par jour. C’est loin derrière le radar le plus efficace de l’hexagone, situé sur l’A 10 à Tours dans le sens Bordeaux-Paris, avec 444 flashs par jour, mais c’est tout de même le 26ème de France.

Au total, la Gironde se classe au onzième rang des départements où l’on flashe le plus, avec près de 500.000 excès de vitesse constatés en 2012.