A Bordeaux, priorité à la rocade

MOBILITE La Communauté urbaine de Bordeaux réorganise son plan d'investissements, sur six ans...

Elsa Provenzano
— 
Rocade près de Floirac à l'est de Bordeaux.
Rocade près de Floirac à l'est de Bordeaux. — VALINCO/SIPA

Baisser de 10 % le coût de certains projets en cours (pont Jean-Jacques Bosc, salle de spectacle etc.) pour investir sur les chantiers prioritaires, en particulier sur la mise à deux fois trois voies de la rocade. C’est l’idée forte du programme prévisionnel d’investissements (PPI) qui est débattu ce vendredi à la Communauté urbaine de Bordeaux et dont l’adoption est prévue en avril. Cet exercice permettrait, grâce aux économies réalisées, de développer une capacité d’investissement supplémentaire de 100 millions d’euros.

Un coût de 300 millions d’euros

Lors de son discours, samedi, sur le pont Chaban-Delmas, le président de la République avait assuré l’engagement financier de l’État sur le dossier de la rocade. « La question est moins celle du financement que du rythme de financement », pointe, Vincent Feltesse, président socialiste de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB), en faisant remarquer que la capacité d’investissement de l’État pour les années à venir n’est que de quelques dizaines de millions d’euros pour toute l’Aquitaine. « On ne peut pas dire aux gens que l’horizon de la mise à deux fois trois voies de la rocade c’est 50 ans, un siècle ou plus », lance Vincent Feltesse. Pour accélérer le chantier, la CUB travaille depuis plusieurs mois sur un système de financement des travaux par les sociétés autoroutières, en contrepartie de l’allongement de leurs concessions de trois à cinq ans. Une expertise financière, dont les résultats seront disponibles en juin, est en cours pour vérifier qu’il ne s’agit pas d’un « marché de dupe », selon l’expression de Vincent Feltesse. Dans le cas où les travaux seraient supportés par des fonds publics, la CUB aurait 73 millions d’euros à débourser, en plus des 30 millions déjà investis. Le chantier de mise à deux fois trois voies de la rocade, d’abord estimé à 500 millions d’euros, a été réévalué à 300 millions au total. 

Des économies
Le programme prévisionnel d’investissements (PPI) s’étale sur six ans au lieu de cinq. Les dépenses de fonctionnement de la CUB sont gelées (hormis les dépenses liées au personnel). Un comité d’engagement a été mis en place pour suivre le PPI.