Cours des médias, le niveau monte

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

L'IUT de Bordeaux-III s'aligne sur les « grandes » écoles de journalisme. Hier, la première promotion de master de journalisme (bac +5) a fait sa rentrée. Finis l'IUT, le recrutement niveau bac et le diplôme bac +2 : il faudra désormais l'appeler « Ijba » (Institut de journalisme Bordeaux-Aquitaine) et être titulaire d'une licence pour accéder au concours.

Une évolution de cursus inévitable, pour Edith Rémond, chargée du projet par l'université de Bordeaux-III : « Le niveau d'études des candidats au concours de l'IUT n'a cessé d'augmenter et la notoriété de la formation attirait des personnes de plus en plus diplômées », note-t-elle. Sans compter les entreprises de presse, aux exigences toujours plus strictes. « Il faut un bon bagage pour être journaliste, observe Maria Santo Sainz, responsable de la filière. Etre capable de comprendre la société, d'expliquer et de traduire ses évolutions. »

L'identité de l'IUT ne sera pas pour autant trahie. « Nous ne fuyons pas vers l'élitisme et resterons atypiques dans notre recrutement, souligne Edith Rémond. L'école n'a pas de limite d'âge et on peut passer le concours indéfiniment. » L'Ijba jouera également à fond la carte de la validation des acquis professionnels (VAP) et de l'expérience (VAE), afin d'encourager les reconversions.

Marion Guillot

Demain : le pôle de gestion de La Bastide.

La première promotion compte 34 étudiants (pour 700 candidats), diplômés de sciences politiques, d'histoire, mais aussi de l'école des mines et de mathématiques.