Bordeaux: Le pont Jacques Chaban-Delmas inauguré en grande pompe

Elsa Provenzano
— 
L'inauguration du pont Jacques Chaban-Delmas à Bordeaux.
L'inauguration du pont Jacques Chaban-Delmas à Bordeaux. — S.Ortola / 20 minutes

François Hollande a participé ce samedi à Bordeaux à l'inauguration d'un pont sur la Garonne baptisé Jacques Chaban-Delmas, du nom du maire gaulliste de la ville pendant 48 ans. Alain Juppé, maire de Bordeaux, a souligné «la portée historique» de l’événement pour une ville qui eu des réticences à construire des ponts. François Hollande a rappelé que le premier pont avait été inauguré en 1822 et qu’il avait fallu attendre un siècle et demi pour les ponts suivants.

«La dynamique Bordelaise, dont nous avons ici une illustration, témoigne du renouveau exceptionnel de nos grandes villes depuis une vingtaine d’années», a estimé le président de la République. Il a rappelé que l’Aquitaine est la première région de France en termes de création d’emplois ces trois dernières années.

Bientôt un tramway

Le pont routier, d'un coût de près de 160 millions d'euros, le cinquième enjambant la Garonne à Bordeaux, doit fluidifier la circulation entre les deux rives de la ville. Le président de la République a ainsi évoqué la problématique d’engorgement sur l’agglomération: «Chaque jour, les 45 kilomètres de rocade supportent un trafic considérable: entre 80 000 et 150 000 véhicules. Je sais ce que cette situation génère de désagrément, de nuisance et de perte de temps. C’est pourquoi l’Etat continuera à prendre sa part au financement des travaux d’élargissement de la rocade.»

François Hollande l’a assuré, «l’Etat aura à prendre sa part» dans la mise en place du tramway qui passera sur le nouveau pont. La possibilité d’une ligne de bus à haut  niveau de service avait été envisagée.

Une «prouesse architecturale»

L'originalité du nouveau pont réside dans sa travée centrale relevante de 117m destinée à laisser passer les paquebots de croisière ou grands voiliers qui accostent sur les quais directement face au centre-ville classé au patrimoine de l'Unesco. Vincent Feltesse, président de la communauté urbaine de Bordeaux (CUB) a d'ailleurs vanté les qualités techniques de l’ouvrage et a parlé de «prouesse architecturale».

La CUB a contribué pour les deux tiers à l'investissement qui s'élève à 156 millions d'euros au total. Le maire de Bordeaux a parlé d’«élégance» et de «majesté». François Hollande n’a pas manqué de remarquer la spécificité de l’ouvrage: «C’est le plus grand pont levant d’Europe et c’est à Bordeaux! Vous pouvez en être légitimement fiers!»