L'an prochain, une fac «tout-en-un»

©2006 20 minutes

— 

C'est peut-être la dernière fois que les étudiants bordelais s'inscrivent dans des universités différentes. A la rentrée 2007, tous pourraient appartenir à une seule « Université de Bordeaux », qui réunirait les quatre établissements actuels, trois écoles d'ingénieur et Sciences-Po Bordeaux. Ces institutions travaillent depuis trois ans à la création de ce pôle de recherche et d'enseignement supérieur (Pres), qui leur permettrait de mutualiser leurs moyens et orientations de recherche.

Si cette nouvelle organisation ne devrait pas révolutionner la vie quotidienne des étudiants, elle doit renforcer l'attractivité, l'efficacité et la visibilité internationale du pôle universitaire bordelais. Celui-ci emploie 5 600 personnes dont 3 500 enseignants, délivre chaque année 20 000 diplômes, pour une population d'environ 60 000 étudiants. 14 % sont des étrangers, représentant 140 nationalités. « Le Pres de Bordeaux pourrait être opérationnel d'ici à la fin de l'année », s'est félicité vendredi le recteur de l'académie de Bordeaux, William Marois, lors de la séance de rentrée solennelle des universités. « C'est l'avenir de l'université qui se construit », estime-t-il, reconnaissant que l'élaboration du projet ne s'est pas faite sans débats internes. En attendant sa concrétisation, le pôle évolue : la création d'une école de journalisme (IJBA) niveau Master, l'ouverture du pôle de gestion à la Bastide ou la modernisation du Creps font partie des nouveautés de cette rentrée.

Sophie Lemaire

Demain : l'Institut de journalisme Bordeaux-Aquitaine.

Lors de la séance de rentrée solennelle des universités, plusieurs présidents des facs bordelaises ont évoqué leur inquiétude pour l'université française, jugée « inadaptée », « décalée » et « isolée » du reste de la société.