Pierre Hurmic : «Sortir du débat esthétique sur Bordeaux»

©2006 20 minutes

— 

Pierre Hurmic, avocat, candidat des Verts aux élections municipales.

Quel est votre ressenti sur cette campagne ?

On note une indifférence et une incompréhension importantes des Bordelais. Certains croient qu'ils vont élire un nouveau conseil municipal pour six ans, alors que de nouvelles élections auront lieu en 2008 voire en 2007, après la présidentielle. Des Bordelais sont aussi choqués par la manière dont Alain Juppé a anticipé le scrutin.

L'abstention vous inquiète ?

Oui, beaucoup de gens risquent de ne pas aller voter, parce qu'ils ne comprennent pas le sens de cette élection ou refusent de la cautionner.

Quelle liste avez-vous choisie ?

Notre liste « verte et ouverte » se veut non partisane. Plus de la moitié des inscrits ne sont pas des encartés mais des citoyens : un tailleur de pierre, un chauffeur de taxi, des demandeurs d'emploi...

Quelles sont vos propositions ?

Il est temps de sortir du débat esthétique sur Bordeaux et de la dimension « carte postale » qu'entretient Alain Juppé. Derrière les façades rafraîchies, il y a des problèmes sociaux et humains. Nous demandons ainsi l'arrêt du développement des zones commerciales périphériques, qui asphyxient le commerce de proximité. Nous proposons d'aider les plus démunis en leur donnant accès à l'emploi, par le biais des marchés publics. La culture est également en panne à Bordeaux. Nous présentons un « livre vert » avec des propositions.

Pourquoi ne pas avoir choisi l'union avec la liste PS-PC ?

Les conditions d'un accord n'étaient pas réunies. Et je reste convaincu qu'ouvrir le choix au premier tour est le meilleur moyen de mettre Alain Juppé en ballottage, puisque l'abstention sera l'adversaire principal. Une union sera envisageable au second tour.

Recueilli par Marion Guillot