L'Aquitaine prend son temps pour aller vite

©2006 20 minutes

— 

En panne de grande vitesse jusqu'à présent, l'Aquitaine est décidée à rattraper son retard. Elle est desservie depuis 1990 par un TGV Bordeaux-Paris, qui roule à la vitesse Corail jusqu'à Tours... Mais un coup d'accélérateur s'annonce dans la prochaine décennie, avec trois projets de lignes à grande vitesse (LGV).

Première étape : la mise à grande vitesse du tronçon Bordeaux-Tours. Comme l'a annoncé hier Dominique de Villepin, une nouvelle ligne doit être construite pour les TGV, afin de libérer la voie existante pour le fret et les TER. L'appel à projets sera lancé « à l'automne », a-t-il précisé. Bordeaux serait ainsi à 2 h 10 de Paris au lieu de trois, à l'horizon 2016. Quant au tronçon Bordeaux-Angoulême, il doit être achevé dès 2013. « Cette ligne préfigure un changement de dimension pour la région, souligne la SNCF. La mise à deux heures de Paris incitera les entreprises à s'installer autour de Bordeaux. Et les familles pourront vivre en Gironde, même si les parents travaillent à Paris. » Si des foyers ont déjà fait ce choix, le confort de vie n'est pas idéal. « A trois heures de Paris, on ne fait pas l'aller-retour tous les jours », reconnaît la SNCF.

Les deux autres lignes à grande vitesse, Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne verront quant à elles le jour à l'horizon 2017 et 2020. La première mettra Bordeaux à quatre heures de Madrid et absorbera une partie du trafic routier de marchandises. La seconde placera Toulouse à trois heures de Paris, au lieu de cinq. Les études devraient être lancées en 2007, mais les financements sont en discussion.

Marion Guillot

les chiffres 30 septembre 1990 Le premier TGV entre en gare de Bordeaux-Saint-Jean, voie 3, à 11 h 55. 2 h 58 C'est la durée d'un trajet Bordeaux-Paris, sans arrêt, à bord d'un des trains surnommés « TGV bolide » par la SNCF. Il en circule un par heure. fin 2007 Tous les TGV Atlantique seront habillés en Lacroix. 2009 Premier coup de pioche pour adapter le tronçon Bordeaux-Angoulême au TGV.