Le TGV, un train moins vert que le TER

©2006 20 minutes

— 

Le TGV, mode de transport écolo ? Disons plutôt un moindre mal, comparé à l'avion ou à la voiture. Alimenté à l'électricité, il est moins gourmand en énergie et produit beaucoup moins de gaz à effet de serre. Les emprises d'un chemin de fer à grande vitesse sont aussi moins dévastatrices que celles d'une autoroute. « Mais le TGV a également des impacts négatifs », note la Sepanso. « La ligne Bordeaux-Toulouse sera catastrophique si elle passe par Captieux, car elle traverserait des espaces naturels vierges », note Philippe Barbedienne, directeur de l'association. « Ces grandes zones deviennent aussi rares que les espèces protégées. Elles sont très précieuses pour l'écosystème. » Selon lui, mieux vaudrait « aménager l'existant ».

M. G.

Si le TGV constitue une vraie avancée technologique, « il favorise les grands pôles urbains au détriment des villes intermédiaires où il ne fait que passer », regrette la Sepanso. Le TGV renforcerait ainsi l'enclavement des régions traversées, contrairement aux TER, qui « irriguent le territoire ». « Et ils polluent moins », souligne l'association.