Alain Rousset : «L'Etat attend l'offrande des régions pour décider les lignes»

©2006 20 minutes

— 

Alain Rousset, président PS du conseil régional d'Aquitaine.

Qu'apporte le TGV Bordeaux-Paris à la région ?

Etre à trois heures de Paris apporte du confort, mais il manque encore la grande vitesse, gage de mobilité. Le TGV est une chance pour l'attractivité du territoire. Et c'est moins de camions et de voitures sur les routes.

Trois projets de lignes à grande vitesse se bousculent...

L'Aquitaine a pris du retard et une politique de rattrapage est en route. Ces projets doivent être réalisés à marche forcée. J'ai besoin de l'aide de tout le monde.

L'aide de l'Etat vous paraît-elle suffisante ?

Il ne faut pas qu'il se contente de mettre aux enchères des projets entre régions. Tours-Bordeaux, c'est gagné, mais pour les autres lignes, on a l'impression que l'Etat attend l'offrande de chaque région pour se décider. Or, c'est à lui de donner l'impulsion. L'Europe ne comprendrait pas qu'il ne prenne pas une décision forte.

Recueilli par M. G.