Trois quarts des sans-papiers déboutés

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Comme annoncé au début de l'été, le préfet de Gironde a répondu favorablement à un quart des familles qui ont déposé une demande de régularisation dans le cadre de la circulaire Sarkozy du 13 juin, relative aux enfants scolarisés. En Gironde, 48 cas sur 191 ont donc été régularisés, a communiqué mardi la préfecture. « C'est peu », commente le collectif d'associations Réseau éducation sans frontières (RESF) 33 qui a suivi les trois quarts des dossiers.

« Nicolas Sarkozy a dit que le chiffre de 6 924 régularisations était ferme et définitif, mais j'espère que le préfet va régulariser certaines personnes dans un but humanitaire, hors circulaire », s'inquiète Céline Bru, membre de RESF 33. Car selon l'association, une vingtaine de familles qui répondaient aux critères de la circulaire (scolarisation des enfants, présence en France depuis deux ans, aucun lien avec le pays d'origine, volonté d'intégration...) ont fait des recours gracieux. Sans réponse pour le moment.

Une démarche qu'a décidé de suivre Svetla. A 26 ans, cette Bulgare qui vit en France depuis six années et dont les enfants de 10 et 7 ans sont scolarisés à l'école Cazemajor, à Bordeaux n'a pas été régularisée. Avec l'aide de l'association Citoyens du monde, elle a déposé son dossier le 10 août dernier et le 28 août elle a reçu une lettre du préfet stipulant : « Vous ne justifiez pas du caractère habituel et continu de votre présence en France depuis la date de votre arrivée. » Pourtant, la jeune femme paye un loyer et une taxe d'habitation depuis plusieurs années et ses enfants vont à l'école. L'an passé, la famille a été expulsée et est revenue vingt jours plus tard. « Tous les Bulgares font ça. Cela ne sert à rien de les expulser... », commente le président de l'association. Aucune expulsion n'a eu lieu depuis le début de l'été, mais RESF 33 veut un moratoire pour permettre aux enfants de terminer leur scolarité.

Orianne Dupont

RESF 33 continue ses actions du lundi soir et les parrainages pour les familles qui ne rentrent pas dans la circulaire. Le 27 septembre sera journée d'action nationale.