Une usine de déchets menacée

— 

L'usine est sous le coup d'un arrêté préfectoral.
L'usine est sous le coup d'un arrêté préfectoral. — s.ortola/20 minutes

C'est ce jeudi que les salariés de l'usine de traitement de déchets professionnels Editrans, à Bassens, devraient avoir les conclusions des inspecteurs de la Dreal (Direction régionale de l'environnement, l'aménagement et le logement). Après un arrêté préfectoral de cessation d'activité, pris le 17 juillet dernier en raison d'une série de non-conformités aux risques inondation et incendie, un délai de six mois avait été accordé à l'entreprise, filiale de la société Ulysse, pour se mettre aux normes. Ce qu'elle estime avoir fait. Le PDG d'Ulysse, Patrice Dauvin, a alerté en début de semaine que si l'arrêté de cessation d'activité était malgré tout confirmé, il devrait licencier les 130 salariés du groupe, dont 80 travaillent sur le site de Bassens. Pour ces salariés, c'est l'incompréhension. «Ce que l'État reproche à notre direction, c'est de ne pas avoir effectué les travaux dans les délais impartis, mais elle les a faits au rythme où elle pouvait payer. Ce n'est qu'une PME, pas un grand groupe», explique Pauline Crepeau.

La direction, elle, met en avant que «toutes les campagnes d'analyse des sols ont démontré la non-pollution du site». ■ M.B.