Jacques Respaud : «Nous, nous avons les Bordelais à coeur»

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Jacques Respaud, candidat de la liste PS-PC pour les élections municipales anticipées.

Comment avez-vous pris la décision de Pierre Hurmic (Verts) de partir seul pour les élections ?

J'ai été très déçu. Je pensais que cela allait rouler : on était d'accord sur le programme et sur la liste. Je lui proposais la seconde place. Cela aurait été une décision citoyenne car si on avait fait bloc contre Alain Juppé, cela aurait marqué le paysage politique bordelais. Une alliance pouvait apporter un plus.

Il a estimé que vos visions étaient différentes, notamment sur le pont Bacalan-Bastide et sur le grand contournement...

Si tout le monde avait les mêmes positions, cela se saurait. Mais malgré nos différences, nous pourrions gérer la ville ensemble pendant six ans. Les divergences avec Alain Juppé sont quand même beaucoup plus importantes.

Cela remet en cause vos chances de remporter cette élection ?

Ce sera plus difficile. Sans compter que certaines personnes, qui seraient venues sur une liste commune, pourraient à présent ne pas vouloir s'engager. Et si on était uni, il y aurait plus d'électeurs pour nous suivre.

Quant à la campagne, vous avez une semaine de retard par rapport à Alain Juppé. Cela pose problème ?

Alain Juppé savait exactement comment cela allait se produire, contrairement à nous. C'est presque du délit d'initié et je me demande d'ailleurs si nous n'allons pas faire un recours juridique parce que l'inégalité entre les candidats est non seulement basée sur la popularité, mais aussi sur le déroulement de la campagne. Juppé avait tout les éléments de son côté. Dès demain, nous devrions être en ordre de marche. Mais pour le moment, c'est dur.

Quelles sont vos priorités pour que la campagne démarre au plus vite ?

Le journal de campagne sera édité demain et notre liste finalisée en fin de semaine. La semaine prochaine, nous commencerons des réunions par quartier avec des temps forts comme l'inauguration de notre permanence de campagne, jeudi, ou la présence de personnalités nationales.

Quels thèmes de campagne allez-vous développer ?

Nous avons élaboré un triptyque : Bordeaux citoyenne, Bordeaux solidaire et Bordeaux dynamique. « Bordeaux citoyenne » fait allusion au fait que nous voulons transformer les conseils de quartier, qui ne sont aujourd'hui que des instances d'information et de passage de la parole du maire, en des lieux de réflexion collective et autonome sur l'aménagement d'un quartier. C'est un sujet important en raison de la façon dont Juppé s'est réintroduit dans le circuit politique et a muselé aussi bien la ville que cette campagne. « Bordeaux solidaire » évoque le fait que nous sommes certes dans une ville superbe, mais que derrière les façades en pierre, il y a les hommes. La ville n'a pas été réaménagée en fonction des véritables besoins de la population. Nous proposons des actions en faveur des plus défavorisés avec 25 % de logements sociaux dans tous les projets immobiliers, l'élaboration d'un plan de rattrapage des équipements collectifs... Enfin, « Bordeaux dynamique » concerne l'économie fluviale et le commerce local avec, notamment, moins d'animations mais plus de soutien aux commerçants.

Que pensez-vous pouvoir apporter de plus à Bordeaux qu'Alain Juppé ?

Le slogan de Juppé, c'est « Bordeaux à coeur ». Nous, ce que nous avons à coeur, c'est moins Bordeaux, qui nous paraît une attraction, que les Bordelais. Ce que nous essaierons d'apporter, c'est des avantages pour la population : des places de stationnement en plus, de nouveaux moyens pour la garde des enfants, pour les activités périscolaires... Bref, changer la vie des Bordelais. Ou du moins l'améliorer.

Alain Juppé a annoncé hier qu'il envisageait de « reconquérir la CUB » en 2008. Qu'en pensez-vous ?

Il considère Bordeaux comme son fief, je ne suis pas surpris. Mais on verra, car il est déjà loin d'avoir gagné Bordeaux. Et à la CUB, il faudrait qu'il fasse un score important pour avoir la majorité.

Recueilli par Orianne Dupont