Les huîtres du bassin presque blanchies

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

La nouvelle n'a pas surpris grand monde dans les cabanes ostréicoles. Les ministères de la Santé et de l'Agriculture ont confirmé ce week-end que les huîtres sont hors de cause pour au moins l'un des deux décès suspects enregistrés à l'hôpital d'Arcachon. Alors que les investigations se poursuivent encore pour le second cas, le sentiment d'injustice grandit dans la filière. « On n'y a pas cru une seconde », explique Eric Daugès, ostréiculteur à Arès. Comme les autres, il attend le résultat des analyses médico-légales mais considère que « le mal est déjà fait » en termes d'image de marque. Le maire (PS) du Teich, François Deluga, a déploré la « précipitation » dans l'annonce d'un lien éventuel entre les huîtres et ces deux décès suspects.

En quête de « réhabilitation » pour la filière, le président de la section régionale conchylicole, Marc Druart, a déclaré samedi qu'une démarche judiciaire avait été entamée. Elle pourrait aboutir à une plainte avec constitution de partie civile, si les huîtres étaient totalement blanchies. « On ne peut rien faire d'autre qu'attendre », soupire Eric Daugès, qui redoute de nouveaux « coups de théâtre ». « Au-delà des deux décès, notre combat principal, c'est le test-souris, rappelle-t-il. Tant qu'on n'aura pas obtenu son remplacement, on n'aura rien gagné. »

Sophie Lemaire

Jean-Louis Beseme, ingénieur général nommé par le ministre, est attendu aujourd'hui à Arcachon. Il doit faire le point sur l'impact social, économique et environnemental de la crise.