La grève des contrôleurs «doit cesser»

Mickaël Bosredon

— 

Suivie tous les lundis depuis le 17 décembre, la grève d'une partie des contrôleurs SNCF de la région Aquitaine-Poitou-Charentes sera reconduite ce mardi. Une assemblée générale est convoquée à 10 h, pour décider de la suite du mouvement. La réunion entre les organisations syndicales, et la direction régionale, qui s'est achevée tard dans la soirée de lundi, s'annonçait déterminante.

Quelque 50 % des 370 contrôleurs de la région suivent le mouvement, essentiellement sur les lignes TER. La SNCF estime que 70 % des circulations sont tout de même assurées, mais pour la Fédération des usagers d'Aquitaine, «c'est plutôt de l'ordre de 40 %, car la SNCF prend en compte dans ses calculs les bus de substitutions mis en place.» Les lignes de Saint-Mariens et Langon sont les plus affectées.

Situation de sous-effectif


Les syndicats réclament, essentiellement, des personnels supplémentaires pour l'année 2013, en raison de sous-effectifs qui empêchent les prises de congés «normales». La direction leur aurait proposé deux vagues d'embauches successives de douze personnes, ce qui a été jugé «insuffisant» par SUD-Rail, qui en réclame «le double.» L'organisation demande aussi «la levée des sanctions contre la trentaine de contrôleurs qui s'est autorisée des jours de congé, lassée de se les voir refusés à plusieurs reprises», explique Sébastien Tarbe, délégué syndical. Jointe par 20Minutes, la direction s'est refusée à tout commentaire, expliquant que «des propositions ont été faites», mais reconnaît que les «négociations sont longues et laborieuses.» et assure «vouloir sortir de cette situation au plus vite. Quatre semaines de grève, c'est long.»

Les usagers sont bien d'accord. Christian Broucaret, président de la Fnaut Aquitaine, fulmine : «ce conflit me semble très mal géré par la SNCF, qui a les moyens d'y mettre un terme. La grève doit cesser, et il faut rembourser les abonnés.» ■