Deux morts suspectes à Arcachon

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Le bassin d'Arcachon nage en plein cauchemar. Alors que les derniers résultats des tests sur la toxicité supposée des huîtres seront connus aujourd'hui, le ministère de la santé a annoncé hier soir deux décès suspects au centre hospitalier d'Arcachon. Une enquête sanitaire a été lancée pour en déterminer la cause, mais le directeur de l'hôpital, Michel Haeck, est resté flou. Les deux victimes auraient « consommé récemment des huîtres », selon le ministère, mais « aucun lien ne peut être établi à ce jour ». En revanche, par mesure de précaution, le ministre de l'agriculture Dominique Bussereau a interdit hier « la commercialisation des huîtres provenant de bassins de stockage isolés du bassin d'Arcachon ».

« Un coup de poignard dans le dos », désespère Eric Daugès, ostréiculteur à Arès, au lendemain d'une manifestation qui a rassemblé un millier de personnes à Arcachon (lire ci-dessous). « Ça les arrange bien, on devient trop gênant », enrage-t-il. Coïncidence troublante : la nouvelle est tombée alors qu'une délégation d'ostréiculteurs et d'élus du bassin d'Arcachon était reçue par Dominique Bussereau pour demander un assouplissement des tests pratiqués par l'Ifremer. « C'est de la manipulation, tout le monde en est persuadé sur le bassin », a réagi hier soir la mairie de La Teste-de-Buch. La vente et la consommation des huîtres du bassin sont interdites depuis une semaine, mais aucune toxine n'a encore été identifiée.

Marion Guillot

Une cellule de crise a été créée à la préfecture. L'Institut de veille sanitaire a par ailleurs lancé un appel aux professionnels de santé afin de signaler d'éventuels cas suspects.