L'écologie comme matière première

©2006 20 minutes

— 

Les collégiens de Carbon-Blanc ont déjà été mis au parfum. Quand on leur demande ce qui leur plaît dans leur établissement flambant neuf, ils répondent en choeur : « il ne fait pas chaud ».

Effectivement, cet établissement est un modèle en termes de démarche environnementale, grâce au puits canadien. Ce système permet de réduire la température de 5 à 6 ºC l'été et de l'augmenter l'hiver, tout en faisant des économies d'énergie. Des tuyaux enterrés dans le sol rafraîchissent l'air récupéré à l'extérieur ou le réchauffent, selon la saison. Ce qui permettait hier, alors qu'il faisait 32 ºC à l'extérieur, d'avoir une température agréable à l'intérieur. Un plus pour les établissements scolaires qui ne peuvent pas bénéficier de la climatisation, trop coûteuse. Le collège de Carbon-Blanc est le premier de ce type en France, ce système n'ayant jamais été utilisé sur des bâtiments publics de cette taille.

Et si tout nouvel ouvrage du département doit respecter trois des critères du développement durable, Carbon-Blanc bat des records. Tout a été pensé : la proximité de la plaine des sports pour limiter les déplacements des 387 élèves – ils seront 586 l'an prochain avec l'arrivée des 3e –, l'utilisation de la lumière naturelle, l'épaisseur des murs pour renforcer l'isolation... Et grâce aux économies d'énergie réalisées, l'investissement devrait être rentabilisé d'ici à 2013. Le tout pour un coût « raisonnable » de 14 420 000 e contre 10 millions d'euros environs pour les autres collèges.

Outre ses qualités écologiques, l'agencement est aussi apprécié par les enseignants. « La distribution des espaces est bien faite. Les élèves ont leurs zones réservées et nous aussi, ce qui favorise l'ambiance », reconnaît Hélène Simonnet, professeur d'histoire-géographie.

Orianne Dupont

Cette année, les collèges de Cadaujac et de Saint-Jean d'Illac ouvrent aussi leurs portes. Ils accueillent près de 350 élèves chacun.