Le siège est libre pour Alain Juppé

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Coïncidence ou non, c'est le jour de la commémoration de la Libération de Bordeaux qu'Alain Juppé fait son retour officiel en politique après vingt mois d'absence. En effet, le maire (UMP), Hugues Martin, a finalement annoncé hier que les élus du conseil municipal – hormis lui, Michel Duchène et Didier Cazabonne – avaient remis leur démission afin de provoquer des élections municipales anticipées. Leur démission prendra effet jeudi. Cette annonce est loin d'être une surprise puisqu'hier matin, avant même le début de la réunion entre les élus de la majorité, Alain Juppé – via le service de communication de la mairie – convoquait les journalistes à une conférence de presse qui se déroulera aujourd'hui.

Après des mois de mystère, Hugues Martin a simplement déclaré : « Alain Juppé a tenu sa promesse d'un retour à Bordeaux. Et vous le voyez revenir sans qu'on utilise ses talents ? Ce serait ridicule. Il n'y a eu aucun débat, l'unanimité a été immédiate. » Ce que l'on a pu vérifier hier sur place : toute la majorité municipale acquiesçait lors de l'allocution du maire, le sourire aux lèvres. Envolées donc les dissensions entre élus, évoquées dans l'année, sur le retour de Juppé. Tout comme une éventuelle amertume d'Hugues Martin : « J'ai la satisfaction du devoir accompli et c'est avec une sérénité absolue que je rendrai mon mandat de maire à Alain Juppé. »

O. Dupont

« Les élus sont nombreux à chercher la légitimité populaire après une période d'inéligibilité. Et souvent, les électeurs ont tendance à favoriser ces candidats », commente Jean Petaux, chargé des relations extérieures à Sciences Po.