Le film «Thérèse Desqueyroux» avec Audrey Tautou a été tourné en Aquitaine

ECONOMIE L'adaptation du roman de François Mauriac «Thérèse Desqueyroux» est porté à l'écran jeudi dans les salles...

Elsa Provenzano

— 

Image extraite du film «Thérèse Desqueyroux», de Claude Miller.
Image extraite du film «Thérèse Desqueyroux», de Claude Miller. — © Cofinova 7

Les pinèdes landaises et la côte médocaine, autant de paysages familiers aux Aquitains qui constituent la toile de fond du film Thérèse Desqueyroux, avec Audrey Tautou et Gilles Lellouche, en salles jeudi. Fille d’un riche propriétaire forestier dans les Landes, Thérèse Desqueyroux fait un mariage arrangé qui ne lui convient pas. Au début des années trente, elle va chercher à vivre sa vie. Au total 90 % du tournage, réalisé pendant l’été 2011, a eu lieu sur le territoire aquitain : à Bordeaux, à Hourtin, à Belin-Beliet et dans les Landes, à Rions. Ce long-métrage, réalisé par Claude Millet, s’inspire du roman de François Mauriac, originaire de Bordeaux. C’est la raison pour laquelle le conseil général a tenu à soutenir le projet à hauteur de 50 000 euros. La région a également sélectionné le long-métrage par l’intermédiaire de l’agence ECLA (écrit cinéma livre audiovisuel Aquitaine) et lui a accordé une enveloppe de 180 000 euros.

Un film « locomotive »

« La qualité du scénario a été décisive pour la commission, composée de professionnels du cinéma », souligne Jean-Raymond Garcia, directeur cinéma et audiovisuel à l’ECLA. L’agence accompagne les projets en amont pour le repérage des sites et en aval, pour la distribution. Sur la centaine de techniciens qui a travaillé sur le film, 68 étaient de la région. Parmi les seconds rôles, on trouve aussi un comédien du cru qui joue le mari d’Anne, interprétée par Anaïs Demoustier. « Il est certain qu’un film comme Thérèse Desqueyroux est une locomotive pour la création cinématographique dans la région », estime Jean-Raymond Garcia, qui rappelle que quatre films soutenus par la région Aquitaine étaient présents à la sélection du festival de Cannes. L’agence espère que le film sera rapidement visible dans les petites salles de la région, après sa sortie sur les écrans.

Un soutien accru pour la filière

En 2012, le fonds d’aide de la région s’élevait à 2,7 millions d’euros dont 1, 5 consacré au cinéma. L’essentiel de ce montant, plus d’un million, est alloué aux longs-métrages. La dotation de ce fonds a augmenté de 20 à 30 % sur les deux dernières années.