Les usagers des TER Aquitaine se sentent lésés

TRAIN Les nouveaux horaires SNCF ne sont pas du goût des voyageurs qui prennent le train tous les jours ...

Elsa Provenzano

— 

En Aquitaine, les changements d'horaires impactent les TER.
En Aquitaine, les changements d'horaires impactent les TER. — S.ortola/20minutes

"Avec les nouveaux horaires, je ne pourrai pas aller chercher mes enfants à la garderie avant sa fermeture à 18 h 30. Et je ne peux pas demander à mon employeur de changer mon planning », s’inquiète Patricia Stanislas qui habite à Saint-Mariens Saint Yzan, soit à plus de 40 minutes de Bordeaux son lieu de travail. Elle a répondu avec d’autres usagers à l’appel à la mobilisation lancé mercredi par la section régionale de la FNAUT, Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports devant la gare Saint-Jean. « On s’est rendu compte que les TGV étaient privilégiés au détriment des TER, ces trains du quotidien », relève Christian Broucaret, président de la FNAUT Aquitaine. Et sur le fond, il estime que les nouveaux horaires vont contraindre les voyageurs à arriver plus tard le matin et plus tôt le soir, ce qui est difficilement concevable pour les employeurs. Dans un mois, le 9 décembre, les nouveaux horaires de la SNCF rentreront en vigueur. D’ici là, les associations souhaitent que la concertation s’accélère pour améliorer la situation. « Nous avons fait une contre-proposition dès le mois juin » qui est resté lettre morte », regrette Christian Broucaret.

 « Des perdants et des gagnants »

Pour la FNAUT, il faut que la région, autorité organisatrice, RFF et la SNCF revoient leur copie car cela coince sur beaucoup de lignes. Seules celles de Bordeaux-Arcachon et de Bordeaux-Oloron Sainte Marie échappent à ce constat. « Sur la ligne Bordeaux-Agen, les voyageurs en correspondance pour Pessac devront attendre 30 minutes avec les nouveaux horaires annoncés au lieu de 5 à 6 minutes aujourd’hui, soit une heure d’attente par jour », explique Françoise Leclerc présidente de l’Association des usagers des transports publics du Sud-Gironde. Si les horaires ne sont pas encore définitifs et peuvent être un peu améliorés, la SNCF estime qu’il s’agira de réorganisations en fonction des travaux, mais à la marge. « Quand les horaires bougent il y a toujours des perdants et des gagnants », souligne Patrick Du fau de Lamothe, conseiller régional délégué aux TER et Intermodalité. 

Le cadencement pointé du doigt

« Les usagers mettent en cause les conséquences rigides du cadencement (des trains circulant à heures fixes et à intervalles répétitifs sur le réseau) et ils ont raison. Pour l’instant, les importants travaux de régénération des voies ne permettent pas un bon cadencement », estime Patrick Du fau de Lamothe, conseiller régional délégué aux Transports Express Régionaux et Intermodalité. D’ailleurs la SNCF et RFF s’accordent sur ce point avec la région pour dire qu’on ne peut pas tout faire en même temps. « À cause du cadencement, le trajet entre Bordeaux et Sarlat et maintenant plus long qu’il y a cinq ans », peste un usager qui regrette la priorité absolue donnée aux TGV. « Néanmoins on observe une hausse de la fréquentation des TER », lui rétorque Patrick Du Fau de Lamothe. Le cadencement marche bien quand des efforts sont faits en terme de matériels, comme sur la ligne vers Arcachon. Il faudra attendre 2 018 pour que l’ensemble du parc régional soit renouvelé.

une année 2 013 qui s’annonce difficile

Les sites www.voyages-sncf.com et www.ter-sncf.com proposent de consulter les nouveaux horaires, régulièrement mis à jour. Ils entrent en vigueur à partir du 9 décembre. En 2013, les horaires pourront évoluer en fonction de l’avancée des différents travaux : des horaires décalés, des allongements de parcours et le recours à des autocars sont à prévoir.