Un professeur agressé par un élève dans un lycée bordelais

FAITS DIVERS L'altercation a éclaté après un cours évoquant le système politique du Maroc...

Mickaël Bosredon

— 

A la sortie du lycée Trégey de Bordeaux, jeudi 13 septembre, où un professeur a été agressé
A la sortie du lycée Trégey de Bordeaux, jeudi 13 septembre, où un professeur a été agressé — S.ORTOLA/20MINUTES

Il devra répondre de ses actes devant le tribunal correctionnel, pour violences sur personne chargée d’une mission de service public et dégradations. Un élève de dix-huit ans a violemment agressé l’un de ses professeurs mardi 10 septembre, a-t-on appris jeudi, au lycée professionnel Trégey, situé rive droite à Bordeaux. C’est lors d’un cours évoquant le système politique du Maroc que le ton est monté. «L’élève voulait approfondir cette question, le professeur, jeune et expérimenté, a refusé et il lui a demandé d’arrêter en lui disant que s’il continuait, il appellerait son père. Ce qui a mis l’élève en colère, ce n’est pas une question de laïcité ou d’islam», a assuré le proviseur Dominique Margueritat.

Des claques, un coup de poing et un coup de boule

Après s’en être pris au mobilier de la classe, le lycéen a été immédiatement convoqué chez le conseiller principal d’éducation. Ce dernier lui a signifié que ses parents avaient été prévenus, provoquant de nouveau la colère de l’élève qui s’en est une nouvelle fois pris au mobilier. Croisant son professeur dans le couloir, il l’a alors agressé en lui assénant des claques, un coup de poing et un coup de boule. Il s’en est aussi pris à une surveillante.

«Placé en garde à vue, l'élève a reconnu les faits, regretté s'être emporté et présenté des excuses qui étaient acceptées, les personnels victimes déposant cependant plainte» a indiqué le parquet de Bordeaux jeudi après-midi.Le rectorat a précisé qu’un conseil de discipline avait été saisi par le proviseur, à l’encontre de l’agresseur. Celui-ci connaissait visiblement des difficultés, d’ordre personnel et scolaire, mais était encadré par le personnel éducatif.

Le professeur n’a été que légèrement blessé mais, choqué, a pris quelques jours de repos. Il a indiqué qu'il allait solliciter une entrevue avec le ministre de l'Education nationale, pour avoir un débat constructif et courtois sur les enjeux de l'école. 

Une agression unaninement condamnée

«Quand des professeurs ou des éducateurs sont agressés dans l’exercice de leur mission éducative, les valeurs qui fondent l’Ecole sont atteintes : le respect dû aux professeurs et aux éducateurs est un principe absolu» a rappelé le recteur de l’académie de Bordeaux, qui est allé à l’encontre des professeurs dès mercredi. «C’est inacceptable, il ne doit y avoir aucune mansuétude» estime Michel Richard, secrétaire général adjoint du syndicat national de personnels de direction de l’Education nationale.

A la sortie du lycée jeudi midi, les élèves avaient conscience de la gravité des faits, mais regrettaient le battage médiatique autour de cette affaire, «qui aurait dû rester confinée au lycée», estiment plusieurs d’entre eux. Le lycée Trégey n’est pas répertorié comme établissement difficile.

Pour le parquet, «en l'absence de toute connotation religieuse à cette agression, et compte-tenu de l'apaisement relatif qui a pu être constaté après les excuses présentées par cet élève qui n'est pas défavorablement connu, il n'est pas apparu que l'emploi de mesures coercitives immédiates soit justifié, une comparution devant le tribunal correctionnel apparaissant néanmoins indispensable pour qu'il soit jugé sur des faits portant gravement atteinte au respect dû aux enseignants»