Voiture électrique : « L’Europe a une politique incohérente »

Auto Les véhicules électriques sont une bonne chose, mais pas si tout le monde en possède un.

Stéphane Lémeret
Le projet de la Gigafactory Tesla de Berlin (image d'illustration)
Le projet de la Gigafactory Tesla de Berlin (image d'illustration) — DR

Alors que l'Europe s'apprête à approuver officiellement un nouveau règlement visant à améliorer la durabilité des batteries utilisées dans les véhicules électriques, le centre de recherche indépendant SOMO a publié un rapport montrant l'énorme augmentation prévue des « gigafactories » pour produire ces unités d'énergie. Ces usines gigantesques consommeront de grandes quantités de ressources non renouvelables, principalement extraites dans les pays du Sud. La capacité de production de ces « gigafactories » de batteries lithium-ion devrait ainsi être multipliée par huit entre 2021 et 2031, principalement aux Etats-Unis, dans l'Union européenne et en Chine.

Politique incohérente

« Les véhicules électriques font partie de la solution au changement climatique. Mais la taille et le volume même de la production prévue de VE ne sont pas viables », explique Alejandro González, expert chez SOMO. « L'Europe réglemente les batteries d'une main, mais stimule la demande de minerais pour ces mêmes batteries de l'autre ; cette politique est incohérente. » La grande majorité des véhicules électriques qui seront produits au cours des sept prochaines années seront vendus aux consommateurs des États-Unis, d'Europe et de Chine, et excluront la majeure partie du reste du monde. « L'Europe a une opportunité à saisir : éviter d'être responsable des abus et des inégalités profondes dans la transition énergétique. Mais cette opportunité est en train de s'échapper », conclut M. González.