100% électrique en 2035 : l’Europe fait déjà marche arrière

Auto Si l’Europe a bel et bien acté l’interdiction de vendre des voitures thermiques en 2035, plusieurs pays remettent en cause cette décision.

Stéphane Lémeret
— 
L'Italie ne veut pas du 100% électrique en 2035
L'Italie ne veut pas du 100% électrique en 2035 — DR

La France avait déjà lancé l’idée d’une « clause de revoyure » de cette obligation en 2026, histoire de laisser plus de temps aux constructeurs pour s’adapter et aux réseaux de bornes de s’étoffer. C’est désormais l’Italie qui rue dans les brancards. Il faut dire que le pays fait face à une chute des ventes de voitures neuves, contrairement au reste de l’Europe où la croissance est continue.

« Pseudo-fondamentalisme environnemental »

C’est d’ailleurs à l’Italie que l’on doit l’amendement « Ferrari », qui prévoit une dérogation pour les voitures de luxe produites à moins de 1.000 exemplaires par an. Mais Mattéo Salvini, le ministre des Transports italien, va plus loin en déclarant que « l’interdiction des voitures thermiques n’avait aucun sens, et que cette loi était basée sur un pseudo-fondamentalisme environnemental. » Et le ministre d’agiter le spectre de la menace sociale, en prédisant des milliers de licenciements à travers l’Europe si l’interdiction est maintenue.