« Mercure retrograde » : Comment l'expression issue de l'astrologie est devenue une des meilleures excuses d'Internet

ASTROLOGIE Trois fois par an, la planète Mercure serait « rétrograde » pendant plusieurs semaines, ce qui causerait un capharnaüm dans nos vies. À tel point que l'expression est devenue populaire en ligne, et pas que chez les fans d'astrologie.

Pauline Ferrari
— 
La planète Mercure.
La planète Mercure. — Cité de l'espace
  • Problèmes de communication, de transports, d'appareils électroniques... La planète Terre serait soumise à une grande période de chaos, si on en croit les astrologues.
  • Expression issue de l'astrologie, Mercure rétrograde est rapidement entrée dans le langage courant, et particulièrement en ligne.
  • Excuse toute trouvée pour certains, croyance inutile pour d'autres, le mouvement des planètes fait parler de lui sur les réseaux sociaux.

Vous avez peut-être déjà vu passer des mèmes, des vidéos TikTok, des posts Instagram ou bien des tweets se plaignant d’un phénomène mystérieux : Mercure serait rétrograde, et ce (mauvais) alignement des astres serait la cause de tous les problèmes du monde. La panne de Facebook et d’Instagram l’an passé ? Mercure rétrograde. Un mauvais sommeil, des problèmes au boulot ? Mercure rétrograde. Des couples qui se déchirent ? Là aussi, Mercure rétrograde.


Même si vous n’êtes pas branché astrologie, vous avez peut-être déjà croisé l’expression Mercure rétrograde, reprise partout en ligne. Particulièrement en ce moment, puisqu’on serait en plein dedans, et ce jusqu’à début octobre. D’un simple mouvement de planètes jusqu’à faire partie de la culture Web, il n’y a qu’un pas.

Mercure rétrograde, kézako ?

En astrologie, la rétrogradation marque le « recul » d’un corps céleste lorsqu’on l’observe dans le ciel. Normalement, la nuit, vu de la Terre, la planète avance d’Ouest en Est. Mais Mercure semble parfois faire un moonwalk. En vérité, Mercure ne recule pas vraiment, mais quand on la regarde depuis la Terre, on a bien l’impression qu’elle va d’Est en Ouest. Si d’autres planètes comme Mars ou Vénus sont en phase rétrograde moins d’une fois par an, Mercure l'est environ trois fois par an, pendant quelques semaines. D’ailleurs, on est actuellement dans une période de rétrograde de Mercure, depuis le 10 septembre et jusqu’au 2 octobre.

Si le recul apparent d’un astre vous semble assez anodin, c’est au contraire un moment charnière pour les astrologues. Mercure, planète de la communication, affecterait notre vie quotidienne en rétrogradant : contretemps et lenteurs, problèmes de communications, retards de transports, et remises en question. Ce serait une période assez chaotique, de changements et de renouveau, où certains astrologues conseillent d’éviter les messages pas clairs (et de leur préférer le téléphone) pour éviter les malentendus, de ne pas réparer ses appareils électroniques ou mécaniques, ou de ne pas prendre l’avion… On vous aura prévenu.

Comment Mercure rétrograde est devenu la meilleure excuse du Web

L’intérêt de nos ancêtres pour les planètes et le fonctionnement du système solaire n’est pas nouveau : les étoiles ont longtemps été utilisées pour suivre le cours du temps et des éléments. Alors une planète qui semble reculer a vite été interprétée comme un signe de catastrophe ! Si l’avancée des sciences et l’astronomie ont balayé une grande partie des croyances liées aux mouvements des étoiles, l’astrologie a pris de l’ampleur au XXe siècle, jusqu’à atteindre certains cercles de pouvoir : Nancy Reagan, la femme du président américain Ronald Reagan ou encore François Mitterrand ont été conseillés par des astrologues. Depuis le début des années 2000, le retour et la montée en puissance des pratiques New Age ont remis au goût du jour l’astrologie, lui donnant une nouvelle aura. Face à un monde qui s’écroule et à la perte de vitesse des religions monothéistes, les pseudosciences ont le vent en poupe : des rayons de librairie aux comptes Instagram, les cristaux et autres recettes de sorcière côtoient les oracles et jeux de tarot.

Avec le développement du Web et des réseaux sociaux, l’astrologie est devenue plus abordable, compréhensible, mais surtout plus tendance. Les recherches de « mercury rétrograde » commencent à se multiplier sur Google à partir de 2016. Mais le terme devient viral dès 2014 : dans une vidéo réalisée par MTV, la chanteuse Taylor Swift décrypte certains termes populaires d’internet, dont le hashtag #mercuryretrograde. Sur les réseaux sociaux, le moment est transformé en GIF flashy où la chanteuse américaine déclare « It’s hella in rétrograde ». Il n’en fallait pas plus pour que le terme rentre dans le langage courant, et devienne un mème à lui seul, repris par toute une génération biberonnée à la culture Web.

« C’est pas moi, c’est Mercure qui rétrograde »

Coïncidence peut-être de la popularité de la planète sur les réseaux sociaux, c’est que Mercure est le dieu romain du commerce, et souvent assimilé au dieu grec Hermès, spécialiste des messagers… Et comme Internet adore les évidences, Mercure rétrograde agit comme une prophétie autoréalisatrice, une sorte de loi de Murphy où tout arriverait à cause de la période de recul de la planète : face à une génération particulièrement cynique, Mercure rétrograde est devenue un mème, dont on se moque ou qu’on blâme pour les désagréments de la vie. La culture Web, qui transforme tout ce qu’elle digère, en a fait des vidéos Tik Tok, des tweets hilarants ou des posts Instagram facétieux.


Et a priori, ça ne devrait pas s’arrêter. L’astrologie étant considérée comme une croyance risible (et plutôt « féminine », en témoigne l'omniprésence des horoscopes dans tous les magazines féminins), les réseaux sociaux lui ont fait une place de choix, entre moquerie et réappropriation d’un savoir négligé par la culture dominante. Qu’on y croit ou pas, mercure rétrograde reste une très bonne excuse à mobiliser en cas de retard au travail ou de SMS hasardeux à deux heures du matin à votre ex, et ça, c’est un bon avantage.