Instagram : L’application ne va pas se transformer (tout de suite) en TikTok

METAMORPHOSE Même Kim Kardashian et Kylie Jenner étaient montées au créneau pour appeler l’application à « redevenir Instagram »

20 Minutes avec AFP
Instagram (illustration)
Instagram (illustration) — XAVIER VILA/SIPA

Tout n’est pas encore perdu ! Instagram va mettre sur pause des changements de configuration qui imitaient sa jeune rivale, TikTok, après une campagne d’utilisateurs contre les nouvelles fonctionnalités. Dans une interview jeudi, Adam Mosseri, le patron de l’application, a indiqué que Instagram allait arrêter un test qui affichait les photos et vidéos en plein écran. La plateforme va aussi diminuer le nombre de contenus « recommandés » aux utilisateurs par son algorithme, au moins temporairement.

« Je suis content que nous ayons pris un risque -- si nous n’échouons pas de temps en temps, c’est que nous ne sommes pas suffisamment audacieux », a déclaré Adam Mosseri à la newsletter spécialisée Platformer.

« Cessez d’essayer d’être TikTok ! »

L’application qui appartient à Meta a été chahutée cette semaine quand les célébrités Kim Kardashian et Kylie Jenner l’ont appelée à « redevenir Instagram » et à « cesser d’essayer d’être TikTok », un message largement applaudi et relayé par des usagers. Le groupe, comme Google sur YouTube, a déjà copié le format de vidéos courtes et captivantes de TikTok, avec les « Reels » et les « Shorts », respectivement.

Fin janvier, le groupe californien avait reconnu que certaines plateformes concurrentes nuisaient à sa croissance, notamment auprès des jeunes audiences. « Les gens ont beaucoup de choix sur la façon dont ils veulent passer leur temps. Et des applis comme TikTok grandissent très vite », avait souligné Mark Zuckerberg, le fondateur et patron de Meta.

Objectif : 30 % de recommandations des algorithmes

Contrairement aux réseaux sociaux traditionnels, TikTok ne met pas en avant les contacts des utilisateurs. Son succès tient pour beaucoup à son algorithme qui choisit les vidéos des créateurs en fonction des goûts des personnes. Mark Zuckerberg a confirmé cette orientation mercredi. Il a indiqué qu’actuellement, environ 15 % des contenus vus par les usagers de Facebook et Instagram viennent de recommandations de l’algorithme.

« Ces chiffres devraient au moins doubler d’ici la fin de l’année », a-t-il précisé.
Mais l’entreprise, qui n’a pas immédiatement réagi à une sollicitation de l’AFP, semble avoir finalement décidé d’avancer plus doucement. « Nous avons besoin de prendre du recul (…) et de revenir avec une nouvelle formule », a noté Adam Mosseri jeudi.

« Toutes ces angoisses vont s’apaiser », a estimé mercredi Debra Aho Williamson, analyste d’Insider intelligence, au sujet de la fronde des usagers. « Mais cela montre bien que Instagram doit réussir son évolution, au risque de perdre certains de ses plus grands fans ». « Sa base d’utilisateurs américains de Facebook croît à peine, et même si Instagram aide à faire avancer la barque, on commence à observer un ralentissement du côté des ados et jeunes adultes », a-t-elle détaillé.