TikTok : L’application où s’invente et se développe une nouvelle esthétique photo

CLIK-CLAK Des photographes connaissent un succès fulgurant sur TikTok grâce à leurs clichés à l’esthétique particulière

Clément Rodriguez
— 
Pêle-mêle des tendances TikTok en matière de photos
Pêle-mêle des tendances TikTok en matière de photos — wonguy/nictures/jordi.koalitic
  • Sur TikTok, les photographes professionnels et amateurs rivalisent d’imagination pour créer du contenu original.
  • Mais à force de montrer les coulisses de leur shooting, une homogénéisation n’est-elle pas à craindre ?
  • « Au début, c’était un contenu créatif et aujourd’hui, c’est devenu standardisé avec des codes très précis », analyse notamment Victor Bodar, photographe et vidéaste professionnel.

TikTok fait la part belle aux clichés. Au sens premier du terme, celui du champ lexical de la photographie. Les créatrices et créateurs de contenus sont nombreux, munis de leur appareil photo, à partager sur l’application les coulisses de leur shooting. Parmi eux, certains et certaines se distinguent grâce à un style particulier dont l’ampleur est devenue planétaire avec la puissance du réseau social.

Ils tapent du poing sur des flaques d’eau, jettent des dizaines de feuilles en l’air et utilisent fruits et légumes pour réaliser des photos tentant d’être plus originales les unes que les autres. Les « photographes créatifs » cumulent des millions de followers sur TikTok, à l’instar de Jordi Koalitic et ses 20 millions d’abonnés ou d’Olivier Wong, plus de 4 millions de fans à son compteur.

Un style « facile à reproduire »

La définition du « style TikTok » ? « Avoir des idées créatives et montrer la façon de réussir des effets originaux avec des objets du quotidien ou uniquement avec votre téléphone », indique Nic van der Coelen, photographe allemand aux 360.000 abonnés sur l’application. Dans de courtes vidéos, les créateurs de contenus filment l’intimité de la prise de vue de leurs photos. Quelques secondes plus tard, l’image finale apparaît. « Les coulisses sont cruciales pour ce style afin que les gens puissent apprendre quelque chose », précise le photographe allemand.

« Le concept même "d’idées créatives" se résume en général à copier un effet un peu facile, ce qui est quasiment l’inverse de la créativité. Ce sont juste des idées d’effets, souvent avec un côté un peu DIY [« Do It Yourself » – à faire soi-même], témoigne Laurent Breillat, fondateur du site Apprendre-la-photo. Mais en même temps c’est assez naturel pour des amateurs de vouloir juste reproduire un look cool sans aller plus loin », tempère-t-il.

Nic van der Coelen voit justement quelques-uns de ses followers tenter de copier ses effets chaque jour. La plupart du temps, il s’agit d’idées simples : utiliser deux livres pour entourer l’objectif de la caméra, s’enfermer derrière un étendoir à linge pour imiter les barres d’une prison ou poser son téléphone dans l’herbe pour un effet campagnard font partie de ses contenus les plus populaires. « Les autres idées créatives qui nécessitent un certain équipement ou un emplacement spécial ne sont pas souvent utilisées mais toujours très appréciées », ajoute le photographe.

Un risque d’homogénéisation ?

Si ce style de clichés n’est pas forcément nouveau (des photographes utilisaient déjà des miroirs dans le cadre de leur travail avant la naissance de TikTok), le dispositif narratif qui les entoure est propre à l’application chinoise. « On le voit même maintenant sur Instagram qui ne se définit plus comme une plateforme photo mais comme une plateforme vidéo », précise Victor Bodar, vidéaste et photographe professionnel. En moins de trente secondes, voire quinze la plupart du temps, les internautes découvrent quelques plans du tournage puis la photo finale.

À force de voir autant de vidéos reprendre les mêmes codes, l’instantanéité va-t-elle tuer la créativité ? « Au début, c’était un contenu créatif et aujourd’hui, c’est devenu standardisé avec des codes très précis : des trucs qui pètent, de la lumière, beaucoup de couleurs », énumère Victor Bodar. Un peu comme les posts des influenceurs voyages à Santorin sur Instagram, les « creative photos » de TikTok envahissent la plateforme. L’homogénéisation serait donc la faute des réseaux sociaux qui poussent globalement les internautes à reproduire ce qui fonctionne, que ce soit sur TikTok, Instagram ou YouTube.

Pour les deux photographes professionnels interrogés par 20 Minutes, il y a tout de même du bon à la multiplication de ce type de contenus. « Ça utilise toujours des choses fondamentalement photographiques, notamment la perspective, donc j’espère que ça donnera envie à certaines personnes d’aller un peu plus loin pour explorer le médium », note Laurent Breillat. Victor Bodar, lui, présume que ces vidéos pourraient donner envie à certaines personnes de se mettre à la photo « et peut-être, derrière, se découvrir une passion. »

Atteindre la viralité rapidement

En ouvrant les albums photos de votre enfance, nichés au grenier, vous trouverez probablement une couche de poussière. En passant votre main par-dessus, vous aurez beau chercher, il n’y aura aucun like à l’horizon. Contrairement à TikTok qui s’en nourrit. « Le but de ces formats vidéo, c’est d’être impactant en un minimum de temps », résume Victor Bodar. Pour cela, il faut donc pêcher l’attention de l’internaute en quelques secondes, quitte à reproduire ce que l’on a déjà pu voir par le passé.

« Le but est surtout de faire du contenu vidéo viral, la photo finale n’étant quasiment qu’un prétexte, remarque Laurent Breillat. Pour moi, c’est dans le même esprit que les vidéos d’astuces cuisines avec des ralentis et des couteaux qui coupent très bien. » Une comparaison culinaire que fait également Victor Bodar sans même que les deux confrères ne se soient consultés : « TikTok est à la photographie ce que les recettes sucrées et colorées sont à la cuisine », lance celui qui compte 12.000 abonnés à sa chaîne YouTube.

Il y a bien un type de contenu plus apprécié et liké que d’autres, témoigne Nic van der Coelen, « celui où vous fournissez des connaissances à votre public, quand ils apprennent quelque chose de vos vidéos. » Bien que les vidéos se ressemblent de plus en plus, le photographe allemand estime que l’originalité reste le meilleur aimant à followers. « La meilleure combinaison serait une vidéo qui montre une nouvelle astuce que personne n’a vue auparavant et qui est facile à reproduire », résume-t-il. En assemblant toutes ces qualités, les créateurs de contenus peuvent rêver à la meilleure exposition possible.