Pidi, la pétillante youtubeuse qui a réalisé son rêve d’être chanteuse (et casse l’Internet)

CA VA ALLER Originaire de la région lilloise, Meg est aujourd’hui installée à Rennes et cartonne grâce à ses vidéos. Son clip « Ça va aller » a déjà empilé dix millions de vues

Camille Allain
— 
Rennes: Pidi, la youtubeuse qui rêvait d'être chanteuse — 20 Minutes
  • La youtubeuse Pidi a tout plaqué il y a un an pour s’installer à Rennes avec son petit ami Valouzz, également youtubeur, et vivre de sa passion.
  • Depuis deux ans, elle publie des vidéos de cuisine mais aussi de beauté, de mode, et raconte sa vie à plus d’un million d’abonnés.
  • Elle vient de sortir un clip intitulé « Ça va aller » qui affiche déjà plus de dix millions de vues.

Dans ses vidéos, elle parle beaucoup, semble assez sûre d’elle, affiche un sourire permanent et de la malice dans ses yeux pétillants. Quand nous avons rencontré Pidi « dans la vraie vie », elle nous a fait la même impression. Du haut de ses 26 printemps, la jeune femme a vu sa vie changer en quelques mois quand son petit ami lui a créé une chaîne YouTube. C’était il y a moins de deux ans. Depuis, Pidi a quitté son boulot d’assistante de direction, déménagé deux fois et surtout séduit plus d’un million de personnes qui la suivent désormais sur YouTube​. Débarquée à Rennes l’an dernier après avoir vécu toute sa jeunesse près de Lille, celle qui se fait aussi appeler Meg est devenue l’une des influenceuses les plus en vue. La sortie de son clip il y a moins d’un mois a achevé ses derniers doutes. Pidi est une « vraie » youtubeuse et elle adore ça.

Pour se lancer sur Internet, Pidi a profité d’un joli piston. Car celui qui l’a inscrite sur YouTube s’y était déjà taillé une solide réputation. Amateur de jeux vidéo, Valentin, alias Valouzz, affichait déjà des dizaines de milliers d’abonnés quand il a créé la chaîne de celle dont il partage la vie depuis plus de dix ans. « Je l’ai toujours suivi. Quand il est parti à Londres, je l’ai suivi. Quand il est rentré à Paris, je l’ai suivi. Alors quand il m’a réveillé en pleine nuit pour me dire qu’il voulait me créer une chaîne YouTube, je l’ai suivi ». A cette époque, Pidi n’est suivie que par une poignée de personnes sur son compte Instagram où elle partage déjà quelques recettes de cuisine et raconte sa petite vie à qui veut bien l’entendre.

« J’ai quitté mon boulot et j’en suis ravie »

Bien aidée par la « team Croûton » dont son petit ami fait partie, Pidi s’est rapidement fait une place dans le joyeux milieu des youtubeurs. Proche des très influents LeBouseuh ou Doc Jazy, cinq millions de suiveurs à eux deux, le couple a mis le cap sur Rennes il y a un an, juste avant le confinement. C’est là que Pidi a tout plaqué pour se consacrer à son nouveau métier : influencer. « Je me sentais très épanouie et je voyais que j’étais de plus en plus suivie. Il y avait de plus en plus de marques qui me sollicitaient pour travailler avec elles. J’ai quitté mon boulot et j’en suis ravie ».

Le couple de youtubeurs Valouzz et Pidi affiche pas loin de quatre millions d'abonnés à eux deux.
Le couple de youtubeurs Valouzz et Pidi affiche pas loin de quatre millions d'abonnés à eux deux. - Pidimeg/Instagram

Loin d’être une reine de la cuisine, Pidi a déjà égratigné quelques classiques de la gastronomie française comme la traditionnelle galette-saucisse du pays de Rennes, ou encore le célèbre welsh de son Nord natal. Mais elle s’en moque. « Je sais que ne suis pas la meilleure en cuisine. Ce que je veux, c’est garder la good vibes. Tous les gens qui me connaissent, ils disent : Pidi, c’est un rayon de soleil. Dans mes vidéos, je suis comme dans la vie. Je suis de bonne humeur, authentique. Je ne me pose pas trop de questions ». En fin d’année, elle n’a pas hésité à contacter Kikesa, un producteur bien connu pour avoir accompagné des célèbres youtubeurs dans la réalisation de leur premier clip. Mais contrairement à Michou ou LeBouseuh, Pidi avait la chance de savoir chanter. « Je chante depuis que je suis toute petite. C’était un rêve pour moi ».

« Ma maman, c’est toute ma vie. Je lui dois tout »

En un mois, le clip de Ça va aller a déjà empilé plus de dix millions de vues sur YouTube et pas loin de deux millions sur Spotify. De quoi faire pâlir bon nombre de musiciens chevronnés. Surtout une sacrée réussite pour cette jeune femme bavarde et mature. Un tempérament qu’elle a forgé dans sa jeunesse passée à Pérenchies, à deux pas de Lille, où sa mère l’a élevée seule avec ses trois frères et sœurs. « Ma maman, c’est toute ma vie. C’est elle qui m’a donné de la force et je lui dois tout. Je n’oublie pas du tout d’où je viens », conclut la jeune femme.

Bien lancée dans la musique, Pidi a déjà d’autres morceaux en tête. Toujours dans la « good vibes » et les deux pieds sur Terre. « Je suis spontanée, je n’ai pas envie de changer ou de me cacher derrière des artifices ». Pour Pidi, on ne se fait pas de soucis. Ça va aller.