« Pascal, le grand frère » change d'image grâce à sa chaîne YouTube

FREROT DE L'INTERNET Sur leur chaîne Pascal et JM, Pascal Soetens et JM Nichanian ont séduit environ 150.000 abonnés en deux mois

Clément Rodriguez

— 

Pascal Soetens et JM Nichanian, grands frères de YouTube
Pascal Soetens et JM Nichanian, grands frères de YouTube — Pierre-Antoine Leroux
  • Il y a deux mois, Pascal Soetens débarquait sur YouTube, accompagné de JM Nichanian.
  • Depuis, les deux vidéastes ont enchaîné les vidéos et dépassé le palier symbolique des 100.000 abonnés.
  • « J’avais envie de montrer l’autre facette de Pascal que les gens ne connaissent pas réellement », explique celui qui s’est fait connaître dans l’émission Pascal, le grand frère en 2006.

« Salut tout le monde, les gens ! » C’est ainsi que débute chacune des vidéos postées sur la chaîne YouTube Pascal et JM. Derrière ce nom se cachent Pascal Soetens, plus connu sous le pseudonyme de «  Pascal, le grand frère » et JM Nichanian, co-animateur sur NRJ pendant huit ans. C’est d’ailleurs grâce à la station de radio que les deux hommes se sont rencontrés, lors d’une caméra cachée organisée dans le cadre d’une émission.

Tous les deux se sont à nouveau rencontrés (virtuellement) lors d’un live organisé par JM sur Instagram. « Depuis, on est restés en contact et on a parlé de projets », explique Pascal Soetens. S’en est suivie la création de deux chaînes, l’une sur YouTube et l’autre sur Twitch. « Dans ma tête, je me disais que si on arrivait à 30.000 abonnés en trois mois, on continuerait », annonce JM. Objectif largement atteint : en deux mois, 140.000 personnes se sont abonnées à leur compte YouTube.

Jusqu’à cinq tournages par jour

C’est dans la salle de sport de Pascal Soetens, située dans l’Oise, qu’est posé l’équipement de tournage. Pascal et JM s’y donnent rendez-vous, en général le week-end, pour enchaîner les tournages, jusqu’à cinq par jour. « Une bonne journée de tournage, c’est plus de voix à la fin et une migraine de 48 heures », plaisante l’ancien animateur de NRJ, pour qui cette chaîne représente beaucoup d’investissement. « Il y a toute une stratégie de communication », note-t-il, qui ne s’applique pas qu’à YouTube.

En plus du montage des vidéos, plusieurs séquences sont découpées pour inonder les réseaux sociaux. Instagram, TikTok, à chaque plateforme son extrait. « Si c’est Pascal qui est bien mis en avant, qu’il parle de son émission ou qu’il montre un geste d’autodéfense, ça va être un TikTok destiné à Pascal, indique JM. S’il me tord un peu le cou, que je fais du cinéma, ça va être pour moi. » Avec un extrait par jour posté sur toutes les plateformes de l’un et l’autre, les deux protagonistes cochent toutes les cases pour devenir maîtres en matière de viralité.

Objectif « million » atteint

Avant de se lancer, Pascal et JM ont probablement bien étudié le paysage actuel de YouTube puisqu’ils surfent en partie sur la tendance qui fait toujours autant ses preuves sur la plateforme : les vidéos réactions. Dans leur catalogue, on retrouve des titres tels que « On réagit aux pires clashs », « aux pires histoires de 2020 » mais surtout aux émissions de télé comme Cauchemar en cuisine et Super Nanny, sans oublier Pascal, le grand frère. De quoi toucher du doigt, voire dépasser, le million de vues.

« On n’a pas inventé les vidéos réactions mais on essaye de les pimenter. Si on réagit à Cauchemar en cuisine, l’objectif ce serait d’avoir avec nous Philippe Etchebest ou un personnage qui était là. On veut apporter un plus pour se différencier des autres au niveau des concepts », commente JM. Si les tournages sont difficiles à mettre en place actuellement à cause de la crise sanitaire, les deux hommes essaient de se démarquer avec des vidéos faciles à mettre en place dans la salle de sport de Pascal, à l’instar des challenges TikTok qu’ils reproduisent ou des séances d’entraînement qu’ils réalisent.

Pascal, le grand frère sympa

Selon Pascal Soetens, cette expérience numérique lui permet de présenter un visage bien différent de celui qu’il affichait dans Pascal, le grand frère ou SOS : ma famille a besoin d’aide plus tard sur NRJ12. « Le seul truc que je pouvais montrer, c’était le côté éducatif. À l’époque, je trouvais ça bien mais avec le temps, je me demandais pourquoi on ne montrait pas une autre image de moi, raconte-t-il. J’avais envie de montrer l’autre facette de Pascal que les gens ne connaissent pas réellement. Les gens ont en tête la façade de la télé qui faisait partie des émissions où je ne devais montrer que ça, mais ils ne savent pas que je suis un boute-en-train. »

Même si elle a connu la fin de ses grandes heures sur TF1 en 2012, l’émission a profité d’un regain d’intérêt sur YouTube et sur Twitch, en partie grâce au streamer Mahdi Ba qui commente les émissions en live. Un terrain fertile qui prouve l’efficacité du programme, même quinze ans après son lancement. « Je reçois encore plein de messages sur les réseaux sociaux où les gens me demandent de l’aide, assure Pascal Soetens. Si on me demande de refaire la même émission reliftée, je signe sans problème. Je répondrais présent avec un côté éditorial bien cadré, beaucoup plus large que ce que je faisais. On ne ferait pas que les ados. »

Le carton des vieilles émissions pourrait d’ailleurs avoir planté une graine dans l’esprit de l’animateur pour, pourquoi pas, créer de nouveaux numéros destinés au Web. « On réfléchit à des projets pour la chaîne », glisse Pascal Soetens. De quoi relancer le phénomène des émissions de coaching à la sauce 2.0 ? « Il y a un truc sur lequel il faut surfer aujourd’hui », assure l’animateur.