Le logo de Twitter.
Le logo de Twitter. — SOPA Images/SIPA

RESEAUX SOCIAUX

Twitter suspend temporairement le compte d’une parlementaire américaine de l’ultra-droite

Marjorie Taylor Greene, qui a été récemment élue au Congrès, ne cache pas ses affinités avec la mouvance complotiste QAnon

Twitter a décidé ce dimanche de suspendre pour une durée de douze heures le compte de Marjorie Taylor Greene, une élue américaine de l’ultra-droite. Le réseau social lui reprochait d’avoir violé à de multiples reprises ses « règles déontologiques », a fait savoir un porte-parole.

La représentante de la Géorgie récemment élue au Congrès avait tweeté quelques heures plus tôt que des fraudes avaient entaché les élections sénatoriales dans son Etat. La plateforme avait ensuite empêché les internautes de répondre ou de retweeter la publication en question.

Elle dénonce le « cartel de la Silicon Valley »

Une mention spéciale avait été ajoutée et indiquait que « cette affirmation qu’il y a eu fraude électorale est contestée ». Cette pratique est notamment utilisée par le réseau social quand il considère qu’un compte enfreint ses règles d’intégrité du discours.

Marjorie Taylor Greene, qui ne cache pas ses affinités avec la mouvance complotiste QAnon, a jugé que cette sanction avait été prise « sans explication ». La parlementaire a dénoncé dans un communiqué la « mainmise monopolistique » du « cartel de la Silicon Valley ».

Une purge sur les plateformes

Depuis les incidents violents du Capitole le 6 janvier dernier, les géants de la tech purgent leurs plateformes des extrémistes pro-Trump. Twitter a ainsi suspendu de façon permanente le compte personnel du président des Etats-Unis. Le réseau social a aussi supprimé le week-end dernier 70.000 comptes affiliés à QAnon.

Facebook a de son côté entrepris de retirer tous les messages liés au prétendu trucage des élections et suspendu le profil de Donald Trump pour une durée indéterminée. Google, Apple ont exclu le réseau social conservateur Parler de leurs plateformes de téléchargement d’applications. Amazon l'a quant à lui banni de ses serveurs.